ANTHOlNE, baron de Saint-Joseph (Antoine-Ignace)

(Embrun  21.09.1749 - Marseille 12.07.1826)

ESSAI HISTORIQUE sur le commerce et la navigation de la Mer-Noire ou Voyage et entreprises pour établir des rapports commerciaux et maritimes entre les ports de la Mer-Noire et ceux de la Méditerranée: Ouvrage enrichi d'une carte où se trouvent tracés, 1°. La navigation intérieure d'une grande partie de la Russie européenne et celle de l'ancienne Pologne; 2°. Le tableau de l'Europe, servant à indiquer les routes que suit le commerce de Russie par la mer Baltique et la Mer-Noire pour les ports de la Méditerranée; 3°. Le plan des cataractes du Niéper. A Paris, Chez H. Agasse, Imprimeur-Libraire, rue des Poitevins, n°.18. An XIII (1805), in-8°, demi-veau, papier marbré rose sur les plats, dos lisse, orné, pièce de titre rouge.

XVI pp. (Faux titre; Titre; Avertissement; Table des chapitres), 300 pp., 1 p.n.ch. (Errata) et 1 grande carte dépliante h.t.

La « Carte de la navigation intérieure d'une grande partie de la Russie européenne et de l'Ancienne Pologne », qui occupe les 3/4 de la planche dépliante, a été dessinée par J.D. Barbié du Bocage en 1805. La planche entière a été gravée par P.F. TARDIEU.

Ex-Libris J.A. DEZAUCHE.

- Edition originale.

- Autre édition:

- Éditions étrangères:

(Réf: Catalogue Chamonal de Mars 1994, n°:177).

Référence polak:     115

Avant le traité de Kaïnardgy du 21 juillet 1774, signé entre la Turquie et la Russie, les ports de la mer Noire n'avaient de relations commerciales qu’avec Constantinople et la Grêce et seuls les navires ottomans pouvaient les fréquenter et naviguer dans la mer Noire et la mer d'Azov (voir le commentaire sur l 'ouvrage de Peyssonel « Traité sur le commerce de la mer Noire »).

Avec le traité de Kaïnardgy, la Russie avait obtenue de la Sublime Porte le droit de naviguer en mer Noire. Afin de profiter de cette ouverture commerciale qui offrait de vastes débouchés, l'Autriche, puis la France et les autres principales puissances européennes, avaient entamé des négociations avec la Russie. Anthoine, qui était établi en Turquie depuis une dizaine d'années, fut chargé en 1781, par le comte de Saint-Priest, notre ambassadeur à Constantinople d'entamer avec la Russie, au nom de la France, ces négociations.

Dans son ouvrage, l'auteur fait un historique des relations commerciales en mer Noire, puis décrit le commerce de cette région, ses voyages en Crimée, en Russie et dans l'ancienne Pologne et l'avancement de ses démarches pour obtenir un nouveau traité de commerce franco-russe. Au chapitre XXIX, Anthoine donne le texte des 47 articles de ce traité de commerce signé à Petersbourg le 11 janvier 1787 pour lequel il fut le principal animateur. Se trouve ensuite relatés les principaux événements historiques qui ont suivis la signature de ce traité: guerre entre la Russie et la Porte suivie du traité de paix entre ces deux puissances le 9 janvier 1792; Entrée en guerre de la France contre l'Europe en 1793; Avènement de Paul 1er et guerre entre la Russie et la France (1796-1800); Paix entre la France, l'Angleterre et l’empire Ottoman (1802) et reprise du commerce en mer Noire. Suit enfin des considérations pratiques sur le commerce en mer Noire telles que tarifs des douanes; formalités; rapports commerciaux entre la mer Noire et les principaux ports d'Italie, d'Espagne et de France avec les possibilités d'une améliorations de ce commerce, notamment avec Marseille; tableau des monnaies, poids et mesures utilisés en Russie; et enfin des observations nautiques pour les navires qui se rendent en mer Noire.

Antoine-Ignace Anthoine, baron de Saint-Joseph était diplomate établi à Constantinople depuis 1773 environ. En 1781, le gouvernement français l'envoya voyager en Crimée, en Russie et en Pologne. En 1783, il débuta des négociations à Petersbourg pour parvenir à établir un nouveau traité de commerce entre la France et la Russie en permettant aux navires français de commercer dans la mer Noire. Anobli par le Roi en 1786 pour services rendus dans ces négociations, il fut le principal instigateur et négociateur du traité de commerce franco-russe que signa le comte de Ségur (Ambassadeur en Russie) à Petersbourg le 11 janvier 1787. Maire de Marseille de 1805 à 1813, il eut le titre de baron d'empire le 10 septembre 1808.