BEAUJOUR (Louis Auguste Féris, baron Félix de)

(Callas 1765 - Paris 01.07.1836)

TABLEAU DU COMMERCE DE LA GRECE, Formé d'après une année moyenne, depuis 1787 jusqu'en 1797. A Paris, De l'Imprimerie de Crapelet. An VIII (1800). 2 vol. in -8°, veau, triple filet et décoration dorés encadrant les plats, dos à 5 nerfs, ornés, pièces de titre et de tomaison marrons, tranches mouchetées.

Très belles reliures postérieures à la Bradel Derome.

- Vol. l : 2 ff.n.ch. (Faux titre; Titre), 331 pp.

- Vol. II: 2 ff.n.ch. (Faux titre; Titre), 333 pp., 1 p.n.ch. (Table du Tome second).

Cet ouvrage est également disponible sous fichiers informatiques (format "pdf") depuis le site de la BnF. Il suffit de cliquer sur l'un des liens suivants et de choisir ensuite l'option "Télécharger" ou de choisir le N° de la page à consulter: Volume 1, Volume 2

Dans le premier volume, l'auteur dresse un état géographique de la Macédoine et de Salonique puis décrit les principales ressources exportées: Tabac de macédoine, grains, laines, miel, huile d'olive, raisins, vermillon de Livadie, Soies, cires, opium, coton, maroquins et tapis de Turquie... avec des précisions sur leurs qualités, utilisations et caractéristiques.

Dans le second volume, il donne une description du mode de fonctionnement en Grèce du commerce des anglais, des allemands, des italiens, des hollandais, des russes et des français. L'ouvrage se termine par une liste des poids, mesures et monnaie utilisés en Turquie puis par des considérations politiques et économiques sur le commerce français en Grèce.

Après de brillantes études, Louis Auguste Féris rentre au ministère des Affaires Extérieures. Il fut Consul en Grèce puis nommé par le Consul commissaire général des relations commerciales aux Etat-Unis. Ayant traversé avec plus ou moins de bonheur les turbulences politiques de l'époque, Louis Féris obtient en 1818 le titre de baron par Louis XVIII. Il transforme alors, pour une raison inconnue, son nom Féris en prénom Félix. Il est élu député de Marseille en 1831. En juillet 1836, alors qu'il vient d'être promu officier de la Légion d'Honneur, il décède à Paris sans laisser de descendance. Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise.