BERNOUILLI (Daniel)

(Groningen 09.02.1700 - Bâle 17.03.1782)

RECHERCHES MECHANIQUES ET ASTRONOMIQUES, sur la Question proposée par l'Académie Royale des Sciences pour l'année 1745. Un des 5 traités reliés sous le titre général: PIECES QUI ONT REMPORTE LE PRIX DE L'ACADEMIE ROYALE DES SCIENCES en 1747 Sur la meilleure manière de trouver l'heure en Mer. Selon la fondation faite par M. Rouillé de Meslay, ancien conseiller au Parlement, Paris, chez Gabr. Martin, J.B. Coignard et H.L. Guerin, 1750. In-4°, demi-vélin, papier marbré bleu sur les plats, dos lisse, pièce de titre en basane bleue, tranches mouchetées. Reliure moderne.

IV pp., 1 f.n.ch., 526 pp. et 19 planches dépliantes.

Référence Polak:     665

L'ouvrage se compose de cinq mémoires dont le détail est le suivant:

Le prix Rouillé de Meslay de l'Académie Royale des Sciences de 1745 eut pour sujet: « La meilleure manière de trouver l'heure en mer, le jour, au crépuscule et la nuit, surtout quand on ne voit point l’horizon ». Ce thème touche tout particulièrement la question de la longitude dont l'un des moyens de sa détermination est la connaissance de l’heure exacte de l’observation d'un astre pour en connaître sa position précise sur la sphère céleste et par rapport auquel l’observateur peut se situer sur la sphère terrestre. Les pièces envoyées étant jugées insuffisantes, le prix fut reproposé pour 1747 et doublé (4.000 livres). on le partagea entre Daniel Bernouilli, qui renvoya, avec un supplément, sa pièce de 1745, et un autre auteur resté anonyme. Ce sont les deux premières pièces de cet ouvrage, les trois autres ayant été jugées utiles pour l'Académie et qui, à cet égard, décida de les faire publier avec les deux premières. L'Académie rappelait toutefois qu'elle ne déclarait pas adopter toutes les propositions contenues dans les pièces qu'elle couronnait. Bernouilli proposait en effet entre autre un instrument d'observation et de mesure angulaire qui était inexploitable en mer à cause des mouvements de roulis des navires. Quand à l'autre auteur primé, il préconisait également des méthodes trop théoriques de calcul d'angles horaires d'astres. Il fallut attendre en France les travaux de Pierre Le Roy (1717-1785) et de Ferdinand Berthoud (1727-1807) pour savoir conserver précisément l’heure à bord des navires et par conséquent définir efficacement la longitude par l'observation des astres.

(Réf: F. Marguet, "Histoire de la longitude à la mer", Paris, 1917, in-8 ° ) .

Voir la biographie de Daniel Bernouilli à la description de l’ouvrage «Principes hydrostatiques et méchaniques...».