BLONDEL, Sieur de SAINT AUBIN (Guillaume)

TRIGONOMETRIE GEOMETRIE, ASTRONOMIQUE ET MARITIME, Du Sieur Blondel S. Aubin contenant les Tables des Sinus, Tangentes & Secantes; celles de leurs Logarithmes; celles des Logarithmes des Nombres absolus, depuis l'Unité jusqu'à 100000. Celles des Latitudes réduites avec leur usage. Dernière édition, Corrigée & augmentée d'une Table des Routes pointées jusqu'à 100 lieuës, & d'une explication de celle des Latitudes réduites, en faveur des Navigateurs. Par J. Le C. Prêtre & professeur Royal d'Hydrographie. Au Havre de Grâce, Chez la Veuve de G. Gruchet, Imprimeur & Marchand Libraire. 1727, in -12°, veau, dos à 5 nerfs, orné, pièce de titre rouge, tranches mouchetées. Reliure de l'époque.

65 pp. (« Définitions geometriques et trigonometriques »), 91 ff.n.ch. (« Table des Sinus Tangens Secans », 7 pp. (« Construction et usage de la table des routes pointées depuis 1 jusqu'à 100 lieuës »), 5 pp.n.ch. (« Table des routes pointées depuis 1 jusqu'à 100 lieuës »), 14 pp. (« Usage des Logarithmes »), 91 ff.n.ch. (« Tables des logarithmes des Sinus, Tangentes et Secantes »), 51 ff.n.ch. (« Table des logarithmes des nombres absolus depuis l'unité jusqu'à 10000 »), 18 pp. (« Explication de la table des latitudes réduites »), 16 ff.n.ch. (« Table des latitudes réduites »), 2 ff.n.ch. (Privilège général du Roy) .

- Edition originale parue au Havre de Grâce, Chez Jacques Gruchet, Imprimeur & Libraire de Monseigneur le Duc de S. Aignan, & de la ville. 1680, 2 parties en 1 vol. in-12 ° avec le titre: "TRIGONOMETRIE GEOMETRIE ASTRONOMIE ET MARITIME Contenant les Tables des Sinus, Tangens, & Secans. Reveu, corrigé & augmenté, d'une Table des Latitudes Reduites, & leur usage. Avec les Tables des Sinus Logarithmetiques, Tangens Logarithmetiques, & augmenté aussi des Secans Logarithmetiques, & la Table des Logarithmes des nombres absolus, depuis l'unité jusques à 100000. y compris leur usage." Par le Sieur G. Blondel S. Aubin. La seconde partie porte le titre: "TABLES DES SINUS TANGENS, ET SECANS LOGARITHMETIQUES. Avec les Tables des Logarithmes des nombres absolus depuis l'unité jusques à 10000, y compris leur usage". Par le Sieur G. Blondel S. Aubin.

- Autres éditions:

(Réf: Jean Polak: « Bibliographie maritime française », Grenoble, 1976, in-4°; A. Anthiaume, « Evolution et Enseignement de la Science Nautique... », Paris, 1920, 2 vol. in-8°; Catalogue Chamonal de 1986; site Internet de Pierre Cauthy pour l'édition originale.).

Référence Polak:     888

Cette édition a été publiée par Jacques Le Cordier (fils de Samson Le Cordier -voir cet auteur-), professeur d' hydrographie à Dieppe (« J. Le C. » sur la page de titre).

L'auteur traite des triangles, explique l'usage des logarithmes, puis présente les tables des sinus, tangentes, sécantes; table des latitudes réduites; table des sinus, tangentes et sécantes logarithmiques avec les tables des logarithmes des nombres absolus depuis l'unité jusqu'à 10.000 y compris leur usage).

A l'origine, les logarithmes étaient avant tout un outil de calcul numérique. L'invention des logarithmes est due à l'écossais John Napier qui décrivit sa découverte dans sa « Logarithmorum canonis descriptio » (1614) mais sans exposer les moyens employés pour y parvenir. Son fils dévoila en 1620 les procédés mis en oeuvre par son père. En 1624, Henry Briggs (professeur à Londres), publia les premières tables de logarithmes décimaux. En 1628, le hollandais Vlacq dressa des tables à 10 décimales qui contenaient, outre les logarithmes des nombres de 1 à 100.000, les logarithmes des sinus, tangentes et sécantes, calculés de minute en minute pour tous les degrés du quart de cercle. Ce livre fut la source où puisèrent ses successeurs. En 1742, Gardiner avait donné une édition à sept décimales des tables de logarithmes de Vlacq. Elles contenaient les logarithmes des sinus de seconde en seconde pour les 72 premières minutes. Ces tables firent négliger toutes les précédentes. En 1770, elles furent réimprimées à Avignon par Pézenas, avec les sinus et les tangentes de seconde en seconde pour les quatre premiers degrés. Pézenas avait extrait ces derniers logarithmes de Mouton qui les avait calculés à dix décimales.

En navigation l'usage des logarithmes se développa à la fin du XVIIe siècle. Ils permettaient de résoudre de manière plus précise que par la méthode graphique du quartier de réduction les problèmes de loxodromie (voir l'ouvrage « Le véritable art de naviguer »). Dassié dans son « Pilote expert » et Dulague dans Ses « Leçons de navigation » font également une large part à l'usage des logarithmes.

(Réf: Dictionnaire Larousse en 10 vol.; F. Marquet « Histoire générale de la navigation du XVe au XXe siècle », Paris, 1931, in-8°).

Voir la biographie de Blondel Saint Aubin à la description de l’ouvrage « Le véritable art de naviguer ».