CHAPMAN (Frédéric-Henri de)

(Göteborg 09.09.1721 - Karlskrona 19.08.1808)

TRAITE DE LA CONSTRUCTION DES VAISSEAUX, avec une explication où l'on démontre les principes de l'architecture navale marchande & des navires armés en course. Traduit du suédois, sur l'édition publiée et imprimée chez Jean Pfeiffer en 1775. Paris, Saillant et Nyon, et Veuve Desaint, 1779.

ln-folio, 1 f.n.ch. (Titre), VIII pp. (Préface), 165 pp., 1 f.n.ch. (Extraite des registres de l'Académie; Errata), 8 tableaux hors texte en 7 planches dont une dépliante et 11 planches hors texte dont 3 sur double page. Est relié à la suite:

DESCRIPTION DE L'ART DE LA MATURE de Nicolas-Charles ROMME. S.l. (Paris), Impr. Delatour, 1778.

ln-folio, 1 f.n.ch. (Titre), 82 pp. et 8 planches hors texte dont une dépliante. Est relié à la suite:

L'ART DE LA VOILURE de Nicolas-Charles ROMME. S.l. (Paris), Impr. Moutard, 1781.

ln-folio, 1 f.n.ch. (Titre), 68 pp. et 9 planches hors texte.

3 ouvrages reliés ensemble en un volume in-folio, demi veau, papier marbré sur les plats, dos à 6 nerfs, orné, pièce de titre rouge « Description des Arts » et deux pièce de titre vertes « Construction des vaisseaux » et « Mature, Voilure ». Tranches rouges. Reliure de l'époque.

Référence Polak:     1604

Il importe de situer la « Description des Arts et Métiers » par rapport à la « Grande Encyclopédie ». Cette dernière a été publiée entre 1751 et 1766 représentant 28 volumes grand in-folio complétés en 1779 par 5 autres volumes en supplément, suivis ultérieurement d'un volume de tables. La partie Marine y avait été médiocrement traitée. Faute d'un accord avec l'Académie de Marine, celle-ci fondée en 1752, les responsables de la Grande Encyclopédie avaient confié la rédaction de la partie marine au sieur Belin, géographe de renom, mais guère au fait de la Marine. Il avait été reproché à la Grande Encyclopédie d'avoir, malgré son titre, négligé les Arts et Métiers et privilégié les articles traitant de religion, philosophie, politique, économie, etc... Afin de remédier à ces critiques, bien souvent justifiées, l'Académie des Sciences prit l'initiative de publier à partir de 1761 une « Description des Arts et métiers », dont le but était de S'en tenir strictement à des « livres de métiers ». La publication s'effectua sous la forme de cahiers format grand in-folio, ceci parfois cause de confusion avec la « Grande Encyclopédie ». Au total 113 cahiers furent publiés entre 1761 et 1789. La Marine fit l'objet de trois cahiers:

A ceci, s'ajouta le traité des pêches (1762-1781) par H.L. Duhamel du Monceau, auteur également de plusieurs cahiers, notamment celui consacré à la forge des ancres. Quand en 1781 commença la publication d'une nouvelle Encyclopédie dite « Encyclopédie Méthodique » (Voir Panckoucke pour la partie Marine de cette oeuvre monumentale qui comporte 166 volumes in-4°), cette encyclopédie concurrença sérieusement la « Description des Arts et Métiers » sur la partie Marine puisque de très larges extraits de l' « Art de la mâture » et de l' « Art de la voilure » furent reproduits non seulement par le texte, mais également pour les planches.

(Réf: J. Boudriot, préface de la réimpression de la « Description de l' Art de la Mâture », Grenoble, 1972, in-folio).

La traduction française du « Traité de la construction des vaisseaux », dont l'édition originale fut publiée en 1775, est de Pierre Charles Lemonnier, de l'Académie des Sciences. Les planches reproduisent une partie de celles que l'on trouve dans « Architectura Navalis Mercatoria », publié à Stockholm en 1768.

Le livre de Chapman de 1775 a pour titre original: « Tractat om Skepps-Byggeriet, tillika med Förklaring och Bevis öfver Architectura Navalis Mercatoria &c. » Stockholm, Johan Pfeffer, 1775, in-4°, (XVI)-248 pp., 16 planches dépliantes gravées et 8 tables.

La « Description de l'Art de la Mâture » peut être considéré comme le premier ouvrage imprimé consacré à ce sujet. Dans les « Eléments de l'Architecture navale » de Duhamel du Monceau (1752 et 1758), la mâture n'y est pas traitée. Antérieurement à l'initiative de Romme, il n'existe sur la mâture que de rares manuscrits et, comme livre imprimé, seulement le « Mémoire sur la mâture des vaisseaux » de Pierre BOUGER, publié en 1727, qui remporta le prix de l'Académie Royale des Sciences proposé pour cette année là et auquel Romme fait allusion dans son ouvrage. Ce traité nous donne la pratique du port de Rochefort où Romme était professeur de mathématiques et de divers bâtiments dont le « Ville de Paris » de 90 canons, orgueil de Rochefort, le « Dauphin Royal » de 70 canons et la flûte « Le Chameau », ces deux dernières constructions étant celles de Blaise OLLIVIER.

Les planches signées H. PENEVERT, maître de construction des Gardes de la Marine, ont été gravées par de LA GARDETTE.

L’ « Art de la voilure » est le complément indispensable et évident de la Description de l'art de la mâture. Ce sont des ouvrages présentés de manière analogue et l'auteur s'est associé pour l'étude de la voilure au maître TARGET, homme de grande expérience, puisque de maître d'équipage, il fut élevé au grade d'officier, cas exceptionnel dû à son seul mérite professionnel. Dans ce livre, on y trouve certaines informations qui n' existent pas dans le « Traité pratique du Gréement des Vaisseaux » de LESCALLIER.

Les planches de cet ouvrage sont également signées H. PENEVERT. Elles ont été gravées par BENARD.

Frédéric-Henri de Chapman, qui était « Constructeur des armées navales de Suède » et dont les ouvrages eurent beaucoup de succès en France, publia à Stockholm en 1768 un livre intitulé « Architectura navalis Mercatoria », et, en 1775, un « Traité de construction en langue suédoise ».

C'était le fils d'un immigré anglais du Yorkshire. Il débuta, avant l'âge de vingt ans, à construire son propre cutter pour le commerce dans la Baltique. Il travailla ensuite à Deptford, puis à Gothenburg où il bâtit un gros chantier naval. Il approfondit ses connaissance en construction navale en France et en Hollande avant d'être engager par le roi de Suède Gustave III qui lui confia la supervision de la construction de ses vaisseaux de guerre.