JUAN (Don Georges)

(1712 - 1773)

EXAMEN MARITIME, théorique et pratique, ou Traité de méchanique, appliqué à la construction et à la manoeuvre des Vaisseaux & autres Bâtiments. Par Don Georges Juan. Traduit de l'espagnol, avec des additions, Par M. Levéque. A Nantes, Chez L'Auteur, vis-à-vis la Bourse; Augustin-Jean Malassis, Imprimeur-Libraire, place du Pilori; Despilly, Libraire, haute grande-rue, près celle de Beau-Soleil. 1783. 2 vol. in-4°, veau marbré, dos à 5 nerfs, ornés, pièces de titre et de tomaison rouges, tranches rouges. Reliures de l'époque.

·         Vol I : XII (faux titre; Noms des libraires Chez lesquels se trouve cet ouvrage; titre; Epître à Monseigneur Charles-Eugène-Gabriel De La Croix, Marquis de Castries, Comte du Palais; Extrait des Registres de l'Académie Royale des Sciences; Privilège du Roi; Préface du traducteur), 396 pp., 14 pp. (Table alphabétique et raisonnéé Des Matières contenues dans ce premier Volume; Supplément à la note ** de la page 137; Fautes à corriger dans quelques Exemplaires de ce premier Volume) et 5 planches dépliantes hors texte.

·         Vol II: 1 f.n.ch. (titre), 364 pp., 20 pp. (Table alphabétique et raisonnée Des Matières contenues dans ce second Volume; Fautes à corriger dans quelques Exemplaires de ce second Volume) et 9 planches dépliantes hors texte.

Les 14 planches ont été gravées par GAITTE, élève de De LA GARDETTE.

- Edition originale

- Autre édition:

(Réf: J. Polak, « Bibliographie maritime française », Grenoble, 1976, in-4° et supplément, Grenoble, 1983, in-4°).

Référence Polak:     10362

L'ouvrage de Don Georges Juan fut imprimé en espagnol à Madrid en 1771.

Le traducteur de cet ouvrage, Pierre LEVEQUE, est né à Nantes le 3 septembre 1746. Il fit ses études dans cette ville, y devint, en mars 1771, professeur d'hydrographie et se fit rapidement connaître par des travaux scientifiques: « Tables générales de la hauteur et de la longitude » (1776), « Guide du navigateur » (1779). Membre correspondant de l'Académie des Sciences en août 1783, membre de l'Académie de Marine, il fut nommé en janvier 1787 examinateur hydrographe, chargé d'inspecter les écoles d'hydrographie dans les ports et de faire passer les examens des pilotes, des maîtres au cabotage et, à partir de 1792, d'enseigne de vaisseau. Membre de l'Institut nationale en février 1796, il fut élu le 20 mai 1797 représentant de la Loire-Inférieure au conseil des Cinq-Cents, il fut bientôt compris dans la proscription du 18 fructidor an V (4 septembre 1797) et réduit à se cacher. A la fin de cette même année, il fut choisi comme examinateur de l'Ecole polytechnique; mais, démissionnaire au bout de cinq ans, il ne conserva plus que ses fonctions d'examinateur de la marine. Installé définitivement à Paris, il songea à entrer à l'Académie des Sciences. Il y fut appelé en 1801 dans la section de physique générale en remplacement du géomètre Cousin.  Lévêque publia en 1804 la traduction française d'une "Description nautique des côtes orientales de la Grande-Bretagne et des côtes de Hollande, du Jutland et de Norvège". Auteur de nombreux autres mémoires scientifiques, il mourut subitement d'une attaque d'apoplexie foudroyante au Havre le 16 octobre 1814 au moment où il achevait un examen des élèves de la marine.

Lévêque favorisa Nantes d'une des premières pompes à feu exécutée en France. Elle était destinée à la mouture du grain et à la fabrication du biscuit.

Il communiqua à l'Académie des Sciences une série de rapports et de notes qui furent insérés dans ses Mémoires. Il fit paraître dans la "Connaissance des temps" un Mémoire sur les moyens de corriger des effets de la réfraction et de la parallaxe les distances de la lune dans le problème des longitudes.

Parmi les oeuvres de Lévêque, demeurées inachevées ou inédites, citons un Traité pratique de la manoeuvre, un Traité théorique et pratique de la construction et des usages de tous les instruments employés dans la navigation soit à la mesure des angles, soit à la direction du vaisseau, un Dictionnaire polyglotte des termes de marine, un Abrégé historique de l'origine et des progrés de la navigation, et enfin un grand travail sur le jaugeage des vaisseaux.

(Réf: Etienne Taillemite, « Dictionnaire des Marins français », Paris, 1982, in-4°; Abbé Anthiaume « Evolution et enseignement de la Science Nautique », Paris, 1920, 2 vol. in-8°).

Don Georges Juan était commandeur d'Aliaga, dans l'ordre de Malte, Chef d'Escadre des Armées navales de sa Majesté Catholique, Commandant des Gardes de sa Marine, de la Société Royale de Londres, de l'Académie Royale de Berlin, & correspondant de l'Académie Royale des Sciences de Paris. Il avait accompagné Bouguer au Pérou lors de la grande expédition de 1735 pour déterminer la longueur d'un degré de méridien à l'équateur (voir cet ouvrage).