LA CHAPELLE (N. abbé de)

(1710 – Paris 1792)

TRAITE DE LA CONSTRUCTION THEORIQUE ET PRATIQUE DU SCAPHANDRE ou du bateau de l'homme. Approuvé par l'Académie Royale des Sciences. Volume in-8° enrichi de Figures en taille-douce. A Paris, Chez Debure pere, Quai des Augustins, au coin de la rue Gît-le-Coeur, maison du Notaire; L'Auteur, rue Sainte Anne, au Bureau de la Loterie de l'Ecole Royale Militaire, Butte Saint Roch. 1775, in-8°, veau marbré, dos lisse, orné, pièce de titre rouge, tranches jaspées. Reliure de l'époque.

XLVIII (Faux titre; titre; Epître à Monseigneur de Sartine; Prospectus et analyse de cet ouvrage; Extrait des Registres de l'Académie Royale des Sciences du 3 septembre 1774; Lettre de M. d'Artus, Capitaine au Corps du Génie; Avis au public; Table des chapitres), 328 pp., 3 ff.n.ch. (Approbation et privilège du Roi) et 4 figures numérotées l à IV sur 2 planches dépliantes hors texte.

Les planches ont été dessinées et gravées par J. ROBERT.

Référence polak:     4972

La Chapelle est l' inventeur du mot « scaphandre ».

Le scaphandre de La Chapelle est constitué d'une veste en quatre parties et d'un pantalon de toile sur lesquels sont cousus, aux endroits appropriés, des morceaux de liège qui assurent la flottabilité d'une personne en position verticale. Ainsi enfoncé dans l'eau jusqu'à la poitrine, le porteur de ce vêtement peut à loisir nager (en actionnant les jambes comme s'il marchait sur terre), traverser une rivière, chasser, charger son fusil, pêcher, manger... Selon l'auteur, ce scaphandre peut aussi sauver d'un naufrage maritime les marins qui ne savent pas nager, ceux qui sont épuisés ou pris de Crampes mais peut également être utilisé pour calfater un vaisseau en pleine mer ou pour faire débarquer des troupes toutes équipées sur un rivage ennemi, sans utiliser de radeaux.

Cet ouvrage se compose de 3 thèmes: La manière de construire un scaphandre, la manière de s'en servir et les différents usages auxquels il peut être utile.

La Chapelle avait présenté son premier scaphandre en 1765 à l'Académie des Sciences qui a approuvé cet "Habit à nager" et le décrit comme ceci dans le volume de l'Académie de cette même année. " Cet habit est une espèce de camisole sans manche ou de soubreveste, qui descend jusqu'à la hauteur des hanches & se boutonne par devant, elle est composée de deux fortes toiles ou coutils entre lesquels sont fixés des quarrés de liège, & le tout est retenu en bas avec une bande de toile double qui tient au bas du dos de la camisole, & après avoir passé entre les jambes du nageur, vient s'attacher au-devant: A l'aide de cette camisole & de l'art avec lequel M. l'abbé de La Chapelle y a distribué ses morceaux de liège, on peut flotter dans l'eau debout & avoir la tête & les bras hors de l'eau; Dans l'expérience qui en fut faite par M. l'abbé de La Chapelle, il causait avec ceux qui étaient dans le bateau, il pouvait porter à sa bouche des aliments & de la boisson, tirer un pistolet & gesticuler avec une épée, un bâton, &c., prendre toutes les situations possibles & se conduire à l'aide de ses mains & de ses jambes. L'idée de ces sortes d'habits n'est nullement nouvelle, l'Académie a publié avec éloge en 1757, celui qui lui fut alors présenté par M. de Gélacy, Colonel d'Infanterie étrangère; Elle n'ignorait pas non plus les tentatives qui avaient été faites par M. de Puy-Ségur pour nager, à l'aide d'une ceinture de liège attachée à une espèce de Pantalon de toile, qui avait la semelle chargée de plomb: Ce moyen même conviendrait très bien pour des soldats qui devraient nager les armes à la main, mais pour le cas de naufrage que M. l'abbé de La Chapelle a eu principalement en vue, il a paru que son scaphandre était préférable à toutes les inventions de cette espèce connues jusqu'ici, tant parce qu'il est d'un usage plus sûr, que parce que dans un cas subit & inopiné, il est d'un usage plus prompt, & enfin il ne cause aucun embarras."  Depuis cette première expérience réussie, l'auteur avait rajouté le pantalon ainsi qu'un bonnet dans lequel on pouvait mettre des objets à l'abri de l'eau. Muni d'un tel scaphandre, La Chapelle a effectué à titre de démonstration un parcourt en rivière de 65 mètres en 5 minutes.

L'abbé de La Chapelle, né vers 1710, mort à Paris en 1792, était censeur royal, membre de la Société royale de Londres. Il s'occupa surtout de mathématiques, et fit quelques découvertes utiles parmi lesquelles on compte ce qu'il appela le scaphandre dont l'auteur en fit plusieurs fois l'essai lui-même sur la Seine.