LE MONNIER (Pierre-Charles)

(Paris 1715 – Herils [Calvados] 1799)

NOUVEAU ZODIAQUE Réduit à l'année 1755 avec les autres étoiles, dont la Latitude s'étend jusqu'à 10 degrés au Nord & au Sud du plan de l'Ecliptique, dont on pourra se servir pour en mesurer les distances au disque de la Lune, ou aux Planètes. A Paris, de l'Imprimerie Royale. 1755, in-8°, veau, armes au centre des plats, dos à 5 nerfs, orné, pièce de titre rouge, tranches rouges. Reliure de l'époque, restaurée.

1 f.n.ch. (Titre), XXXII pp. (« Exposition historique des principaux usages du Catalogue des douze constellations, & de la Carte du Zodiaque qui l'accompagne; avec des Remarques sur les moyens qui ont été employés pour completer ce Catalogue, qu'on se propose de publier bien-tôt sous une forme plus étendue que ceux de Flamsteed & d'Hevelius »; « Recherches Sur le temps de la révolution périodique de Mercure autour du Soleil & sur les autres Elémens des Tables; avec des Remarques sur l'usage que l'on peut faire des observations du lieu de cette Planète pour trouver la différence des Méridiens »), 40 pp., 2 ff.n.ch. gravés (Titre frontispice: « Table de la longitude et de la latitude de toutes les Etoilles fixes Zodiacales suivant les Observations de Mr. Flamsteed Et le Catalogue Britannique ou l'on donne pour le Commencement de l'Année mil sept cent cinquante cinq, celles que la Lune et les autres Planetes peuvent Eclipser ou approcher: Dedié au Roy Par son très humble très soumis serviteur et Fidele sujet G. Dheulland. Dessinateur et Graveur de sa Majesté pour la Marine. Se vend à Paris Chez Dheulland Ruë Hyacinte près le carrefour de la Porte St. Jacques. »; « Avertissement Pour la Grande Carte du Zodiaque qui est jointe à ce Catalogue »), 31 ff. entièrement gravés par Dheulland au recto seulement, numérotés de 1 à 31 et illustrés de 12 bandeaux gravés représentant les signes du Zodiaque, et 3 planches gravées hors-texte dont 1 dépliante.

Chiffre de la Maison du Roi sur les deux plats et cachet à l'encre sur la page de titre « A Versail. De l'Imp. du Dep. de la Mar. Serv. du Roy ». L'Imprimerie du Département de la Marine de Versaille a publié la seconde édition de cet ouvrage en 1773 (voir plus bas).

La première planche (p. IV) représente 4 figures géométriques explicatives accompagnant le texte de Le Monnier. La seconde planche a pour titre: « Carte des Pleiades Dressée sur les plus recentes Observations & Tirée des Memoires de l'Académie de l'Année 1748 ». Elle n'est pas signée mais a été dressée d'après les observations de l'abbé Outhier et les travaux de Le Monnier. La troisième planche, dépliante, a pour titre: « Carte des Hyades Etoiles de la Constellation du Taureau Dressée sur les plus recentes Observations, communiquées à M. de Seligny Officier des Vaisseaux de la Compagnie des Indes. Ces Etoiles sont reduites au commencemt. de 1755 ». Elle n'est pas signée mais a été faite par Guillaume de Seligny.

Contrairement à ce qui est indiqué dans l'avertissement de la Table donnant la position des étoiles, la « grande carte du Zodiaque » qui est annoncée comme devant faire partie de ce catalogue, n'a jamais été publiée avec cet ouvrage. Elle a été éditée séparément, la même année, par Dheulland. Selon Jérôme de La Lande (« Bibliographie astronomique... », Paris, 1803), « elle est au Dépôt de la Marine et l'on en trouve des épreuves chez Dezauche, rue des Noyers ».

- Edition originale.

- Autre édition:

(Réf: Hubert J.M.W. Peters, « The Crone Library », Amsterdam, 1989).

Référence Polak:     10460

La première partie de l'ouvrage (pp. I à XXXII) est de Le Monnier. Pour calculer la longitude d'un lieu, l'auteur préconise l'usage de la planète Mercure en mesurant la distance angulaire qui la sépare de la Lune ou du soleil ou des étoiles fixes à condition bien sûr de connaître avec exactitude le mouvement et la position à chaque instant de cette planète, chose encore fort défectueuse comme le reconnaît lui-même Le Monnier qui annonce à la fin de son traité la prochaine publication des tables de Mercure dans le « ..Supplément à l'Histoire céleste, que l'on va publier incessamment ».

La seconde partie (pp. 1 à 40) est signée Guillaume de Seligny, Officier des Vaisseaux de la Compagnie des Indes. L'auteur rappelle les trois principales méthodes alors en usage pour calculer la longitude d'un lieu:

1.       Par l'éclipse d'une étoile par la Lune.

2.       Par la conjonction apparente d'une étoile et de la Lune (quand l'étoile passe par la ligne formée des cornes de la Lune).

3.       Par les appulses de la Lune à une étoile (distance entre ces deux astres quand ils passent à proximité l'un de l'autre).

La table qui fait suite, donne la position en latitude et longitude (sur l'écliptique) de 927 étoiles.

A l'époque de la publication de cet ouvrage, les travaux abondent sur l'observation de la Lune, des planètes et des étoiles. Parmi les principaux astronomes à avoir travailler sur ce sujet, on peut citer:

Confident et continuateur de Halley et de Bradley, Le Monnier fut un observateur inlassable et fit de nombreuses communications à l'Académie. Il fit partie de l'expédition organisée par l'Académie des Sciences en Laponie (1736-1737) et qui, sous la direction de Maupertuis, devait mesurer la longueur d'un arc de méridien de un degré aux environs du pôle, afin de vérifier l'aplatissement du globe terrestre. Il fut l'astronome favori de Louis XV qui lui fit construire un observatoire et fit imprimer par l'Imprimerie Royale tous ses livres. Premier maître de Lalande, il détermina la hauteur du pôle à Paris et l'obliquité de l'écliptique. Le Monnier découvrit l'existence de l'électricité à l'état naturel dans l'atmosphère. On lui doit quelques articles de l'Encyclopédie: aimant, aiguille aimantée, électricité, etc.Il reste aussi célèbre par ses nombreuses querelles avec ses collègues et son âpreté à défendre ses idées et ses théories. Parmi ses multiples découvertes, celles concernant l'orientation maritime sont remarquables de justesse et ont été d'une grande utilité. Il était membre de l'Académie des Sciences depuis 1741.