RELATION

RELATION VERITABLE DE CE QUI S'EST PASSE EN L'ARMEE DU ROI, commandée par M. le Duc de Beaufort, depuis son arrivée à Port-Mahon, jusques à la descente qu'elle a fait à Gigiry en Africa. Imprimé en Allemagne en 1664, in-8°, cartonnage bleu, sans titre. Reliure de l'époque.

15 pp. et 1 carte dépliante hors-texte.

- Autres éditions:

(Réf: Jean Polak: « Bibliographie maritime française », Grenoble, 1976, in-4°).

Référence Polak:     8061

Plaquette bilingue, imprimée en français Sur la colonne de gauche et en allemand sur la colonne de droite de chaque page. La carte, dont la nomenclature est en allemand, représente la rade, la place et les environs de Djidjelli.

pour mettre un terme aux pirateries barbaresques qui infestaient la Méditerranée et paralysaient le trafic commercial, Louis XIV décida en 1664 de mener une expédition maritime sur les côtes d'Afrique du Nord. Le duc de Beaufort en reçut le commandement mais sous la surveillance discrète du duc de Vivonne (frère aîné de Mme de Montespan). Le corps expéditionnaire de 5.000 hommes du Comte de Gadagne embarqué sur les 48 navires de transport (dont 7 vaisseaux), les 7 galères de Malte du Commandeur de Galdianes, les 8 galères de Toulon du Marquis de Termes et les 16 vaisseaux de guerre du Chevalier Paul, arriva le 22 juillet 1664 devant Djidjelli qui fut prise après un rude combat. Tandis que la résistance musulmane s'organisait et menaçait de plus en plus les français, le manque de vivres, les maladies, la mauvaise organisation de l'expédition et surtout les querelles de chefs dans l'armée française firent que cette opération punitive fut un échec retentissant. Le 31 octobre 1664, tout le monde rembarqua en catastrophe pour Toulon en laissant sur place 70 canons, toutes les munitions de guerre et de bouche, les blessés et les malades. Profondément irrité par cette campagne désastreuse qui avait coûté la vie à 1.600 de ses soldats et marins, Louis XIV fitt ouvrir une enquête qui n'aboutit à rien, chacun des officiers responsables rejetant les fautes sur les autres.

Cela n'empêcha pourtant pas Beaufort de devenir la même année Grand Maître, chef et surintendant général de la Navigation et Commerce de France à la suite du décès le 22 octobre de Son père César de Vendôme.

A cette expédition avaient pris part notamment Louis Henri, Marquis de Montespan, beau frère du Duc de Vivonne et époux de la maîtresse du roi; le chevalier de Clerville, commissaire général aux fortifications; ainsi que le jeune Châteaurenault (27 ans), Abraham Duquesne, La Gallisonnière (18 ans) et d'Infreville (20 ans).

Le récit de cet ouvrage s'achève avec la prise de Djidjelli.