SUE (Eugène)

(Paris 22.01.1804 - Annecy 03.08.1857)

CORRESPONDANCE de Henri D'Escoubleau de Sourdis, Archevêque de Bordeaux, Chef des Conseils du Roi en l'armée navale, Commandeur du Saint-Esprit, Primat d'Aquitaine, etc. Augmenté des Ordres, instructions et lettres de Louis XIII et du Cardinal de Richelieu à M. de Sourdis concernant les opérations des flottes françaises de 1636 à 1642, et accompagnée d'un texte historique, de notes et d'une introduction sur l'état de la marine en France sous le ministère du Cardinal de Richelieu. A Paris, de l'Imprimerie de Crapelet. 1839, 3 vol. in-4°, cartonnage de l'éditeur, dos lisse.

·         Vol. l : 3 ff.n.ch. (Faux titre; Titre), XCVI-550 pp.

·         Vol. II : 2 ff.n.ch. (Faux titre; Titre), 686 pp.

·         Vol. III: 2 ff.n.ch. (Faux titre; Titre), 572 pp., 1 f.n.ch. (Table des chapitres).

Ouvrage faisant partie de la « Collection de documents inédits sur l'histoire de France, publiés par ordre du Roi et par les soins du ministre de l'instruction publique. Première série. Histoire politique ».

Cachet Ex-Libris: « Jean Magrin, capitaine au long cours »

Référence Polak:     8942

Eugène Sue était fils d'un médecin en chef de la garde des consuls. Filleul de l'impératrice Joséphine, il fit de sommaires études médicales et fut envoyé par son père à l'expédition d'Espagne de 1823 comme sous-aide chirurgien de l'armée. Il passa ensuite au service de la marine comme chirurgien auxiliaire sur le « Rhône » en Atlantique Sud en 1826, sur le « Foudroyant » aux Antilles et l'année suivante, sur le « Breslaw » dans l'escadre du Levant aux ordres de l'amiral de Rigny. Il assista à la bataille de Navarin qu'il décrira dans la « Cucaratcha ». Devenu riche à la mort de son père en 1829, il donna sa démission pour se consacrer au journalisme et à la littérature. Il profita d'abord de la vogue de la littérature maritime en publiant des articles dans la « France maritime », le « Navigateur » et le « Journal des voyages », puis des romans à thème maritime: « Kernock le pirate » (1830), « Plik et Plok », « Atar Gull » (1831), « La Salamandre », « La Cucaratcha » (1832-1834), « La vigie de Koatven » (1832). S'inspirant de Fenimore Cooper et annonçant Loti, Sue doit être considéré comme un des pères du roman maritime.

« Il contribue à renseigner le grand public sur les dangers et les joies de la navigation, à populariser la vie des gens de mer, à exciter la curiosité pour les choses lointaines, étranges et colorées » (J. Léonard).

Sue est également l'auteur d'une « Histoire de la marine » (1835-1837), d'une présentation assez romantique mais qui n'est pas sans mérites et pour laquelle il a utilisé de nombreux documents d'archives dont certains ont disparu depuis. Cet ouvrage est disponible sous format informatique ("pdf") depuis le site de la BnF. Il suffit de cliquer sur l'un des liens suivants et de choisir ensuite l'option "Télécharger" ou de choisir le N° de la page à consulter:  Tome 1, Tome 2, Tome 3, Tome 4. Après avoir remporté les succès que l'on connaît dans le roman populaire, Sue se convertit du dandysme au socialisme. Elu député de la Seine le 28 avril 1850, il siégea à gauche, protesta violement contre le 2 décembre, bien que le prince Louis Napoléon l'eût rayé de la liste des représentants à arrêter, et s'exila en Savoie. Il mourut à Annecy le 3 août 1857.