VERDUN DE LA CRENNE (Jean-René-Antoine, Marquis de)

(Aucey [Manche] 05.04.1741 - Versailles 18.08.1805)

VOYAGE FAIT PAR ORDRE DU ROI EN 1771 ET 1772, en diverses parties de l'Europe, de l'Afrique et de l'Amérique; Pour vérifier l'utilité de plusieurs Méthodes & Instrumens, servant à déterminer la Latitude & la Longitude, tant du Vaisseau que des Côtes, Isles & Ecueils qu'on reconnoît: Suivi de Recherches pour rectifier les cartes hydrographiques. Par M.rs de VERDUN DE LA CRENNE, Lieutenant des Vaisseaux du Roi, commandant la Frégate la Flore; de l'Académie de Marine établie à Brest; Le Chevalier de BORDA, Lieutenant des Vaisseaux du Roi; de l'Académie Royale des Sciences & de celle de Marine; Et PINGRE, Chancelier de Sainte-Geneviève & de l'Université de Paris; Astronome-Géographe de la Marine, de l'Académie Royale des Sciences & de celle de Marine. A Paris, De l'Imprimerie Royale, 1778, 2 vol. in-4°, veau, dos à 5 nerfs, ornés, pièces de titre et de tomaison marrons, tranches rouges. Reliures de l'époque.

·         Vol. l : 2 ff.n.ch. (Faux titre; Titre), 389 pp., XIX pp.- 1 p.n.ch. (Table des matières; Fautes à corriger), 1 f.n.ch. (Avis au Relieur). et 28 planches h.t. dont 26 dépliantes.

·         Vol. II: 3 ff.n.ch. (Titre; Table des chapitres), 500 pp., XXXI pp.- 1 p.n.ch. (Table des matières) et 3 cartes dépliantes h.t.

Les planches du Tome l sont numérotées: l à IV, IV*, V, 1 carte non numérotée, VI à XXVI, soit 28 planches dont 26 dépliantes. La carte a été gravée par PETIT, les planches IV* et XXVI (non dépliantes) on été gravées par De LA GARDETTE. Toutes les autres planches représentent des vues des côtes prises depuis le large.

Les cartes des mers du Nord et de l'océan Atlantique du Tome II (les deux dernières), sont signées du graveur PETIT.

Référence Polak:     9398

Les résultats des trois premières expéditions destinées à éprouver en mer les horloges de marine (voyage de Courtanvaux en 1767, celui de Cassini en 1768 et celui de Fleurieu en 1768/1769 -voir ces auteurs-) avaient été suffisamment décevants pour que l’Académie Royale des Sciences décide d'organiser un autre voyage pour confirmer les résultats acquis et lancer un nouveau prix pour 1773 sur le même thème que celui de 1769 à savoir: « La meilleure manière de mesurer le temps à la mer ». Y participèrent Pierre Le Roy, d'Arsandeaux et Fyot. La montre N° 8 de Ferdinand Berthoud fut embarquée mais son inventeur refusa de la faire concourir pour le prix. Outre ces horlogers, les scientifiques Borda, Pingré, Ozanne et Mersais furent de ce voyage qui avait deux buts: celui de faire l’épreuve des montres embarquées et des instruments pour la détermination de la longitude en mer; et celui, beaucoup plus étendu, de faire des observations de toutes sortes pour faire progresser la science nautique en général.

Partie de Brest le 29 octobre 1771, la « Flore » passa aux Canaries, à Cadix, aux Antilles (où elle s'échoua et dut être carénée), Saint Pierre et Miquelon, Copenhague et Brest où elle mouilla le 8 octobre 1772.

La campagne de la « Flore » fut extrêmement fructueuse tant en ce qui concernait les montres de marine et autres instruments nautiques que pour ce qui était de l'hydrographie des lieux visités. Ce fut le quatrième et dernier voyage fait pour éprouver les horloges de marine. Celles-ci étaient désormais capables d'entrer dans une phase opérationnelle.

Cette oeuvre commune de Verdun de La Crenne, Borda et Pingré, comporte 4 parties :

(Réf: Jean Le Bot, « Les chronométres de marine français au XVIIIe siècle », Grenoble, 1983, in-4°).

Jean-René-Antoine Verdun de la Crenne entra aux Gardes de la Marine en avril 1756 en prenant part à l'expédition de La Gallissonière à Minorque. Il navigua ensuite en Méditerranée et se distingua au combat de Lagos (août 1759) sur un vaisseau qu'il commandait. Fait prisonnier et relâché deux fois par les anglais (en 1759 et en 1762), il servit en 1768 sur « l’Enjoué » en tant que lieutenant de vaisseau pendant l'expédition de Cassini sur les bancs de Terre-Neuve. Ses travaux scientifiques lui valurent de recevoir, en octobre 1771, le commandement de la « Flore » pour un nouveau voyage scientifique (1771/1772) après lequel Verdun de La Crenne poursuivit sa brillante carrière maritime. Elu à l'Académie de Marine en 1777, il fit cette même année une campagne scientifique en Baltique marquée par la première escale d'un navire du Roi à Saint-Pétersbourg. Capitaine de vaisseau en mars 1779, il prit part à la fin de la campagne de la Manche.

Major général dans l'armée combinée franco-espagnole, il participa au combat du cap Spartel (20 octobre 1785) et aux opérations autour de Gibraltar. Promu chef de division en 1786, membre du Conseil de Marine créé à Versailles en 1788, il quitta le service actif en janvier 1791 et émigra en Espagne. Rentré en France après la Terreur, il devint en 1796 membre de l'Institut National. Auteur de nombreux travaux scientifiques, il avait collaboré avec Du Pavillon à l'élaboration des nouveaux codes de signaux.

(Réf: Jean Le Bot, « Les chronomètres de marine français au XVIIIe siècle », Grenoble, 1983, in-4°).