LES PRIX DE L'ACADEMIE ROYALE DES SCIENCES[1]

Le problème de la détermination de la longitude fut la préoccupation majeure du monde savant s'occupant de la navigation au XVIIIe siècle. Au XVIIe siècle, le Portugal et la Hollande tentaient de stimuler l'ardeur des scientifiques pour éluder cette question en promettant des récompenses. Les projets résultants étaient aussi nombreux que mauvais car dus très souvent à des auteurs incapables et trop pressés d'empocher les primes proposées.

 Tout autre fut l'acte célèbre du parlement anglais, arrêté en 1714. Il fut pris sur l'initiative du philosophe et mathématicien anglais Whiston, ami de Newton. Cet acte, approuvé par la reine Anne Stuart le 20 juillet 1714, offrait des récompenses de 10.000, 15.000 et 20.000 livres à ceux qui détermineraient la longitude d'un navire à 1°, 0,75°ou 0,5° près après une traversée de 42 jours (ce qui correspondait à un voyage moyen sur l'Amérique ou les Indes Orientales). Cet acte eut un immense retentissement outre Manche.

En France, l'État ne promit rien mais comptait sur la sensibilité et l'attrait de la gloire plutôt que celui de l'intérêt des scientifiques pour rivaliser avec les Anglais. En 1715, Rouillé de Meslay, conseiller au Parlement de Paris, légua à l'Académie Royale des Sciences un fonds de 2.000 livres pour chacun des prix qui serait proposé tous les 2 ans par l'Académie touchant divers sujets relatifs à la navigation et notamment à la longitude. Rouillé de Meslay fils, qui avait la charge d'introducteur des ambassadeurs et qui mourut vers 1725, tenta en vain de casser le testament de son père à l'égard de ce legs. Voici, extrait de l'ouvrage de Sully: "Description abrégée d'une horloge...", Paris, 1726, le texte que l'Académie Royale des Sciences publiait chaque année pour annoncer le sujet du prix qu'elle adjugeait en vertu de ce testament:

" Feu Monsieur Rouillé de Meslay, ancien Conseiller au Parlement de Paris, ayant conçû le noble dessein de contribuer aux progrés des sciences, & à l'utilité que le Public en doit retirer, a legué à l'Académie Royale des Sciences, un fonds pour deux Prix, qui seront distribuez à ceux qui, au jugement de cette Compagnie, auront le mieux réüssi sur deux differentes sortes de sujets qu'il a indiquez dans son Testament, & dont il a donné des exemples.

 Les Sujets du premier Prix regardent le sistême général du Monde, & l'Astronomie Phisique. Ce prix devroit être de 2000. liv. aux termes du Testament, & se distribuer tous les ans; mais la diminution des rentes a obligé de ne le donner que tous les deux ans, afin de le rendre plus considérable, & il sera de 2500. livres. Les Sujets du second Prix regardent la Navigation & le Commerce: Il ne se donnera que tous les deux ans, & sera de 2000. liv.".

L'Académie proposa donc tous les ans un prix, regardant alternativement l'un et l'autre de ces sujets. Les premiers mémoires furent présentés dès 1720.

LISTE DES PRIX ATTRIBUES PAR L'ACADEMIE ROYALE DES SCIENCES

1720:      Sujet double:

              Quel est le principe et la nature du mouvement, et quelle est la cause de la communication des mouvements. Prix de 2.000£ décerné à Crousaz (professeur en Philosophie et en Mathématiques dans l'Académie de Lausanne).

              Quelle serait la manière la plus parfaite de conserver sur mer l'égalité du mouvement d'une pendule, soit par la construction de la machine, soit par sa suspension?. Prix de 500£ décerné à Nicolas Massy.

1724:      Démonstration des loix du choc des corps. Prix de 2.500£ attribué à Mac Laurin (professeur de l'université d'Aberdeen), accessit attribué à Jean Bernoulli.

1725:      Sur la manière la plus parfaite de conserver sur mer l'égalité du mouvement des clepsidres ou sabliers. prix de 2.000£ attribué à Daniel Bernoulli.

1726:      Les loix du choc des corps à ressort parfait ou imparfait. Prix de 2.500£ attribué à Mazière (prêtre de l'Oratoire). Accessit attribué à un anonyme.

1727:      Quelle est la meilleure manière de mâter les Vaisseaux, tant par rapport à la situation qu'au nombre & à la hauteur des mâts. Prix de 2.000£ décerné à part égale à Pierre Bouguer et à Camus. Accessit attribué à deux auteurs anonymes.

1728:      Sur les causes de la pesanteur. Prix de 2.500£ attribué à Bulffinger, professeur de physique à l'Académie de Saint-Pétersbourg.

1729:      Quelle est la meilleure Méthode d’observer les hauteurs sur mer, par le Soleil & par les Étoiles, soit par des instrumens déjà connus, soit par des instrumens de nouvelle invention?. Prix de 2.000£ attribué à Pierre Bouguer.

1730:      Quelle est la cause de la figure elliptique des orbites des planètes, et pourquoy le grand axe de ces ellipses change de position, ou, ce qui revient au même, pourquoy leur aphélie ou leur apogée répond successivement à différents points du ciel?. prix de 2.500£ attribué à Jean Bernoulli. Accessit attribué à un auteur anonyme.

1731:      Sur la meilleure méthode d'observer sur mer la déclinaison de l'aiguille aimantée, ou la variation de la boussole. Prix de 2.000£ décerné à Pierre Bouguer. Accessit attribué à un auteur anonyme. participé: Meynier. Le mémoire de Meynier, parvenu par erreur à l’Académie des Sciences le lendemain de la décision du jury, fut néanmoins examiné sur ordre de Maurepas. L’Académie approuva ce travail dans un rapport daté du 13 juin 1731.

1732:      Quelle est la cause de l'inclinaison des plans des orbites des planètes par rapport au plan de l'équateur de la révolution du Soleil autour de son axe, et d'où vient que les inclinaisons de ces orbites sont différentes entre elles?. Prix non attribué et reporté à 1734.

1733:      De la meilleure manière de mesurer sur mer le chemin d'un vaisseau,  indépendamment des observations astronomiques. Prix de 2.000£ décerné au Marquis J. de Poleni, professeur à Padoue.

1734:      Idem qu'en 1732. Prix double de 5.000£ attribué à Jean et Daniel Bernoulli. A participé: Pierre Bouguer. Selon Lalande, le mémoire de Pierre Bouguer n'aurait obtenu qu'un accessit, la pièce primée n'ayant pas été imprimée.

1735:      Sujet comportant trois questions: Quelle est la figure la plus avantageuse qu’on puisse donner aux ancres?. Quelle est la meilleure manière de forger les ancres?. Quelle est la meilleure manière d’éprouver les ancres?. Prix non attribué, doublé et reporté à 1737.

1736:      Comment se fait la propagation de la lumière?. prix de 2.500£ attribué à Jean Bernoulli (fils).

1737:      Idem qu’en 1735. Prix de 4.000£ partagé entre Jean Bernoulli (pour la première question), Trésaguet (pour la seconde question), Daniel Bernoulli et le marquis de Poleni (pour la troisième question). Un accessit a été attribué au comte de Créqui et à un auteur anonyme.

1738:      De la nature et de la propagation du feu. Prix de 2.500£ partagé entre Léonard Euler, Lozeran de Fiesc et le comte de Créqui. La marquise du Chatelet et Voltaire (pour son mémoire intitulé "Essai sur la nature du feu et sur sa propagation") ont participé à ce prix. leurs pièces ont été imprimées par l'Académie des Sciences.

1739:      Sur la meilleure construction du cabestan. Prix non attribué, doublé et reporté à 1741.

1740:      Sur le flux et le reflux de la mer. Prix de 2.500£ partagé entre Antoine Cavalleri (jésuite), Daniel Bernoulli, Mac Laurin et Léonard Euler.

1741:      Idem qu'en 1739. Sur la meilleure construction du cabestan. Prix double de 4.000£ partagé entre Jean Bernoulli (fils), le marquis de Poleni, Ludot (avocat au parlement) et un auteur anonyme. Un accessit a été attribué à de Pontis (officier des galères, correspondant de l'Académie), fenel (chanoine de Sens) et Delorme (de l'Académie de Lyon).

1742:      L'explication de l'attraction mutuelle de l'aimant & du fer, de la direction de l'aiguille aimantée vers le nord, de sa déclinaison & de son inclinaison. Prix non attribué, doublé et reporté pour 1744.

1743:      Sur la meilleure construction des boussoles d'inclinaison. prix de 2.000£ partagé entre Daniel Bernoulli et Léonard Euler.

1744:      Idem qu'en 1742. Prix non attribué et reporté à nouveau pour 1746.

1745:      La meilleure manière de trouver l'heure en mer, par observation, soit dans le jour, soit dans le crépuscule, & surtout la nuit quand on ne voit pas l'horizon. Prix non attribué, doublé et reporté pour 1747.

1746:      Idem qu'en 1742 et 1744. Prix triple de 7.500£, partagé entre Léonard Euler, Du Tour, Daniel et Jean Bernoulli (fils).

1747:      Idem qu'en 1745. Prix double de 4.000£ Attribué à Daniel Bernoulli pour son ouvrage: "Recherches méchaniques et astronomiques..." et à un auteur anonyme (voir le même ouvrage). Y ont participés 3 autres auteurs anonymes dont probablement Esprit Pezenas.

1748:      Une théorie de Saturne & de Jupiter, par laquelle on pût expliquer les inégalités que ces planètes paraissent se causer mutuellement, principalement vers le temps de leur conjonction. Prix de 2.500£ attribué à Léonard Euler, mais le jury ayant estimé que le sujet n'avait pas été épuisé, la question fut à nouveau remise à prix pour 1750. Un accessit à d'autre part été attribué à un auteur anonyme.

1749:      La meilleure manière de déterminer quand on est en mer, les courans, leur force & leur direction. Prix non attribué et reporté pour 1751.

1750:      Idem qu'en 1748. Non attribué et reporté pour 1752.

1751:      Idem qu'en 1749. Prix de 2.000£ attribué à Daniel Bernoulli. Un accessit a été attribué à deux auteurs anonymes.

1752:      Idem qu'en 1748 et 1750. prix de 2.500£ attribué à Léonard Euler et accessit donné au père Boscowich.

1753:      La manière la plus avantageuse de suppléer à l'action du vent sur les grands vaisseaux, soit en y appliquant les rames, soit en employant quelque'autre moyen que ce puisse être. Prix de 2.000£ attribué à Daniel Bernoulli. Un accessit a été attribué à Léonard Euler, Mathon de La Cour et Pereyre.

1754:      La théorie des inégalités que les planètes peuvent causer au mouvement de la Terre. Prix non attribué, doublé et reporté pour 1756.

1755:      La meilleure manière de diminuer le plus qu'il est possible le roulis & le tangage d'un navire, sans qu'il perde sensiblement par cette diminution aucune des bonnes qualités que sa construction doit lui donner. Prix de 2.000£ remporté par Chauchot (sous-constructeur des vaisseaux du Roi), mais le jury de l'Académie ayant jugé que le sujet n'avait pas été épuisé, il serait a nouveau proposé pour 1757.

1756:      Idem qu'en 1754. prix de 2.000£ attribué à Léonard Euler.

1757:      Idem qu'en 1755. Prix de 2.000$ remporté par Daniel Bernoulli. A participé: Pierre Bouguer.

1758:      Si les corps célestes ont des atmosphères, & supposé qu'ils en aient, jusqu'où ces atmosphères s'étendent. Prix de 2.500£ attribué au père Frisi, correspondant de l'Académie.

1759:      L'examen des efforts qu'ont à soutenir toutes les parties d'un vaisseau dans le roulis & dans le tangage ou recherches sur la diminution de ces mouvements, & la meilleure manière de procurer à leurs assemblages la solidité nécessaire pour résister à ces efforts sans préjudicier aux bonnes qualités du vaisseau. Prix de 2.000£ partagé entre Léonard Euler et Antoine Groignard (constructeur des vaisseaux du Roi).

1760:      S'il y a de l'altération dans le moyen mouvement des Planètes; & supposé qu'il y en ait, quelles sont les causes de ces altérations. Prix de 2.500£ attribué à Charles Euler. Accessit attribué au père Frisi.

1761:      La meilleure manière de lester & d'arrimer un vaisseau, & les changemens qu’on peut faire en mer à l’arrimage, soit pour faire mieux porter la voile au navire, soit pour lui procurer plus de vitesse, soit enfin pour le rendre plus ou moins sensible au gouvernail. Prix de 2.000£ partagé entre Jean-Albert Euler et l'abbé Bossut (correspondant de l'Académie).

1762:      Si les Planètes se meuvent dans un milieu dont la résistance produise quelqu'effet sensible sur leur mouvement. Prix de 2.500£ attribué à l'abbé Bossut. Accessit attribué à deux auteurs anonymes.

1763:      La description des différentes méthodes qu'on emploie, tant pour l'arrimage des vaisseaux marchands que pour celui des vaisseaux de guerre, la discussion de ces méthodes & l'examen de ce qu'on peut faire pour les perfectionner. Prix non attribué, doublé à 4.000£ et reporté pour 1765 avec le nouveau sujet suivant:

              Quelles sont les méthodes usitées dans les ports pour lester ou arrimer les vaisseaux de toutes les grandeurs & de différentes espèces, le poids & la distribution des matières qu'on y emploie, l'effet qu'elles produisent sur le sillage, sur les lignes d'eau, sur les propriétés de bien porter la voile, de bien gouverner, d'être doux à la mer, & sur les autres qualités d'un vaisseau, les inconvéniens dont ces méthodes sont susceptibles & les remèdes qu'on pourrait y apporter.

1764:      Si on peut expliquer par quelque raison physique pourquoi la Lune nous présente toujours une même face. Comment on peut déterminer par les observations ou par la théorie, si l'axe de cette Planète est sujet à quelque mouvement propre, semblable à celui qu'on connaît dans l'axe de la Terre, & qui produit la précession des équinoxes & la nutation. Prix de 2.500£ attribué à Lagrange, de la société royale des Sciences de Turin.

1765:      Idem qu'en 1763. Prix de 4.000£ partagé entre Antoine Groignard, Bourdé de Villehuet,.l'abbé Bossut et à un auteur anonyme. Selon J. Lalande: « Abrégé de navigation », Paris, 1793, in-4°, p. 17, le quatrième mémoire anonyme serait de Gauthier (ingénieur de la marine d'Espagne) qui était alors en Espagne et qui ne sut qu’en 1778 qu’il était parmi les auteurs récompensés.

1766:      Quelles sont les inégalités qui doivent s'observer dans le mouvement des quatre Satellites de Jupiter, à cause de leurs attractions mutuelles. La loi & les périodes de ces inégalités, surtout au temps de leurs éclipses, & la quantité de ces inégalités suivant les meilleures observations. Les changement qui paraissent avoir lieu dans les inclinaisons des orbites des 2e & 3e Satellites doivent surtout être compris dans l'examen de leurs inégalités. Sujet auquel l'Académie a ajouté qu'elle n'entendait point exclure l'examen des inégalités que l'action du Soleil peut produire dans le mouvement des Satellites de Jupiter. Prix de 2.500£ attribué à Lagrange.

1767:      La meilleure manière de mesurer le temps à la mer. Ont participé: Pierre Le Roy, Romilly, de Tavernier. Une des montres présentées a réussie les épreuves demandées, mais n'ayant pas été éprouvée à la mer, le jury décida de ne pas attribué de prix cette année là et de le doubler pour l'année 1769 avec le même sujet. L'Académie exigea en outre que toutes le montres, pendules et instruments proposés pour ce prix aient subi à la mer des épreuves suffisantes et constatées par des témoignages authentiques. Voir à ce sujet l'ouvrage de Courtanvaux.

1768:      De perfectionner les méthodes sur lesquelles est fondée la théorie de la Lune, de fixer par ce moyen, celles des équations de cette Planète, qui sont encore incertaines, & d'examiner en particulier si on peut rendre raison, par cette théorie, de l'équation séculaire du mouvement moyen de la Lune. Non attribué, doublé et reporté pour 1770.

1769:      Idem qu'en 1767 mais complété des exigences d'épreuves faites en mer. Prix double de 4.000£ attribué à Pierre Le Roy l'aîné, mais le jury de l'Académie jugea néanmoins les résultats décevants et voulant donner toutes les chances aux candidats avec le temps nécessaire aux épreuves des montres en mer, il proposa à nouveau le même sujet au prix de 1771. Voir l'ouvrage de Courtanvaux.

1770:      Idem qu'en 1768. Le jury a estimé les résultats décevants et la question du prix non résolu. En conséquence, le prix a été doublé à nouveau et reporté pour 1772. Néanmoins, pour ne pas décourager les concurrents et considérant la difficulté du sujet, le mémoire de Léonard Euler et de son fils Jean-Albert Euler a été récompensé d'un prix de 2.500£ à se partager.

1771:      Idem qu'en 1769. Prix non attribué, doublé et reporté pour 1773.

1772:      Idem qu'en 1768 et 1770. Prix double de 4.500£ partagé entre Léonard Euler et à Lagrange. UN accessit a été attribué à un auteur anonyme.

1773:      De déterminer la meilleure manière de mesurer le temps à la mer. Sujet de prix déjà proposé en 1767 (non attribué) et attribué en 1769 à Pierre Le Roy, mais le jury de l'Académie jugea néanmoins les résultats décevants et voulant donner toutes les chances aux candidats avec le temps nécessaire aux épreuves des montres en mer, il proposa à nouveau le même sujet au prix de 1771. Le prix de 4.000£ fut attribué une nouvelle fois à Pierre Le Roy. Voir à ce sujet l'ouvrage de Verdun de la Crenne. Y participèrent également: d'Arsandeaux (qui obtint un accessit) et Fyot.

1774:      Sujet comportant 2 questions:

              Par quel moyen peut-on s'assurer qu'il ne résulte aucune erreur sensible des quantités qu'on aura négligées dans le calcul des mouvemens de la Lune?.

              En ayant égard non seulement à l'action du Soleil & de la Terre sur la Lune, mais encore s'il est nécessaire à l'action des autres planètes sur ce satellite, & même à la figure non sphérique de la Lune & de la Terre; peut-on expliquer, par la seule théorie de la gravitation, pourquoi la Lune paroît avoir une équation séculaire sans que la Terre en ait une sensible?.

              Prix de 2.000£ attribué à Lagrange.

1775:      Des recherches sur la meilleure méthode de construire & de suspendre les aiguilles aimantées, & de s'assurer si elles sont dans le plan du méridien magnétique, de manière qu'on puisse observer avec ces aiguilles les variations diurnes de la déclinaison. Non attribué, doublé et reporté pour l'année 1777.

1776:      La théorie des perturbations que les comètes peuvent éprouver par l'action des planètes. Prix non attribué et reporté pour 1778.

1777:      Idem qu'en 1775. Prix de 4.200£ partagé entre Van Swinden, professeur de philosophie à Francker en Frise, et Coulomb, capitaine d'artillerie. D'autre part, M. Magny, reçut un accessit et la somme de 800£ pour une boussole envoyée à l'Académie dans le cadre de ce prix et que le jury trouva ingénieuse et commode pour faire des observations à terre.

1778:      Idem qu'en 1776. Prix de 2.500£ attribué à M. Fuss, de l'académie de Saint Pétersbourg, élève de Euler, mais l'Académie n'ayant pas trouvé dans ce mémoire une solution complète au problème posé, le même prix a été reporté et doublé pour l'année 1780.

1779:      Sur la théorie des machines simples en ayant égard au frottement de leurs parties et de la raideur des cordages. Non attribué, doublé et reporté en 1781.

1780:      Idem qu'en 1778. Prix double de 4.000£ décerné à Lagrange.

1781:      Idem qu'en 1779. Prix double de 4.000£ décerné à Coulomb pour son mémoire portant la devise: "La raison a tant de formes, que nous ne savons à laquelle nous prendre; l'expérience n'en a pas moins". Un accessit a été attribué à trois auteurs anonymes.

1782:      La théorie de la comète de 1532 et de 1661. Prix de 2.000£ attribué à Méchain.

1787:      La théorie des assurances maritimes. Prix partagé entre Delacroix (professeur de mathématiques à l'École royale militaire qui obtint 1.800£) et Bicquilley (garde du corps du Roi qui obtint 1.200£).

1790:      Essayer d'expliquer les expériences qui ont été faites sur la résistance des fluides, en France, en Italie, en Suède ou ailleurs, soit en y appliquant les méthodes déjà connues, soit en combinant ensemble ces méthodes et faisant servir l'une de supplément à l'autre, soit en fin en établissant une nouvelle théorie qui représente, au moins sensiblement, les principaux phénomènes de la résistance des fluides que les expériences ont constatés. Prix de 2.000£ partagé entre Romme, correspondant de l'Académie, et Guillaume Gerlach.

1791:      Sur la théorie de la planète d'Herschel. prix de 2.000£ attribué à Delambre.

1792:      Sur les satellites de Jupiter. prix de 2.000£ attribué à Delambre.



[1] (d'après F. Marguet: "L'histoire de la longitude à la mer", Paris 1917, in-8°, Ernest Maindron: "Les fondations de prix à l'Académie des Sciences, les lauréats de l'Acédamie 1714-1880", Paris 1881, in-4° et les volumes de l' "Histoire de l'Académie Royale des Sciences avec les mémoires de mathématique et de physique pour la même année tirés des registres de cette académie").

Dernière mise à jour de cette page: mercredi 23 février 2005