ORGANIGRAMME D'UNE INTENDANCE

L'organigramme donné ci après représente l'organisation d'un port de grande importance (Brest, Toulon ou Rochefort) dirigé par un intendant. Il s’applique aussi aux ports de moindre importance (Le Havre, Dunkerque, Bordeaux et Bayonne) à quelques détails prés: l'intendant y est en effet remplacé par un commissaire ordonnateur et la quantité des effectifs est nettement inférieure.

Maintenant que le décor est planté, étudions de plus près la composition et les différentes origines du personnel d'un tel port.

1.    LE PERSONNEL

Reprenons la division évoquée précédemment en personnel administratif et personnel d'exploitation

1.1.    LE PERSONNEL DE LA BRANCHE ADMINISTRATIVE

1.1.1.       LE PERSONNEL DE L’ADMINISTRATION

Tout d'abord, il est bon d'avoir une idée de la hiérarchie qui existe dans le corps du commissaire de la marine et des classes qui est à la base de toute l'administration du port. Le tableau donné ci joint indique les différentes fonctions (et non grades) qui existent dans ce corps ainsi que les conditions à remplir pour y parvenir.

Les fonctions de sous commissaires de la marine et des classes et d'élèves commissaires de la marine et des classes ont été crées par ordonnance du 25.03.1765. A l'origine, on donna à ces employés de l'administration le nom d'officiers de plume pour les distinguer des officiers d'épée que sont les officiers de marine. Toujours par l'ordonnance du 25.03.1765, il fut décidé que le seul nom officiel de ces hommes serait officier d'administration. Tout ce personnel a théoriquement déjà navigué sur les vaisseaux du roi car sur un navire, il occupe également un rôle administratif.

1.1.2.       LES OFFICIERS MARINIERS ET LES MATELOTS

Il peut paraître curieux de placer ce personnel dans la catégorie administrative alors que la plupart d'entre eux n'ont jamais mis les pieds derrière un bureau. En fait, s’ils sont classés ici, c'est que la majorité d'entre eux fait partie du personnel civil, tout comme les administrateurs proprement dit, comme les ingénieurs constructeurs et comme les surnuméraires que nous verrons plus tard.

Les officiers mariniers et les matelots représentent le personnel d'exécution que se soit à bord ou dans un port. Ils sont issus du corps des gens de mer qui fonctionne suivant le régime des classes dont le principe est le suivant :

A partir de 1660, date du grand développement de la marine française, il y a eut un besoin crucial de matelots qui a été d'abord résolu en enrôlant de force les marins du commerce ce qui avait eut le gros inconvénient de compromettre la vie normale de la marine marchande

Des mesures plus cohérentes furent prises par l'ordonnance d'août 1681 qui reprenait les précédentes tentatives et qui mettait sur pied le régime des classes. Ce système prévoyait la levée des gens de mer en se basant sur la division géographique du royaume en départements maritimes (voir carte). Ces départements étaient subdivisés en quartiers, eux même divisés en paroisses. Tous ceux qui commencent à naviguer sont inscrits sur un des 3 états particuliers de chaque paroisse ou quartier:

q       L'état des mousses et novices qui comprend tous ceux âgés de moins de 18 ans qui embarquent à la pêche ou au commerce en étant sur le rôle d'équipage (document officiel donnant la liste de l'équipage et la fonction de chacun à bord).

q       L'état des pêcheurs et bateliers qui comprend tous ceux qui ont un métier se rapportant à la pêche sans être inscrit sur un rôle (personnel des parcs, les haleurs de seine, les conducteurs de barques, bacs...).

q       L'état des apprentis ouvriers qui comprend ceux des professions de charpentier, perceur, poulieur, calfat, voilier, tonnelier, scieur de long.. établis dans les ports, villes et lieux assujettis aux classes.

Tous ces marins reçoivent un bulletin attestant leur état. Ils ne sont pas encore classés mais pré classés. Pour être classé, ils doivent remplir les conditions suivantes:

q       Ceux inscrits sur l'état des mousses, ayant 18 ans et ayant navigué un an sur les vaisseaux du roi ou au commerce qui déclareront vouloir continuer à naviguer seront classés comme matelot.

q       Ceux inscrits sur l'état des pêcheurs depuis plus d'un an, ayant 18 ans et qui déclareront vouloir continuer dans leur profession seront classés comme novice puis comme matelot quand ils auront navigué 6 mois en tant que novice.

q       Ceux inscrits depuis plus d'un an sur le registre des apprentis ouvriers, ayant 18 ans et qui déclareront vouloir continuer leur profession seront classés comme ouvrier non naviguant. Comme nous le verrons, ces derniers pourront en fait naviguer pour atteindre la fonction de maître.

Ainsi, toute la population maritime est recensée et assujettie à des obligations vis à vis du roi. A l'origine, l'ordre des classes était établi de manière à ce que les gens classés servent le roi une année sur quatre (en Bretagne, Normandie et Picardie) ou une année sur trois (partout ailleurs).

Durant cette année de service, les classés devaient rester chez eux dans l'attente d'une levée éventuelle et en aucun cas ils ne devaient accepter un embarquement au commerce. En contrepartie, le roi leur versait une demi solde pour dédommagement. Cette pratique fut vite considérée comme onéreuse et il fut décidé que les commissaires des classes ne lèveraient plus les hommes par année mais à tour de rôle, en tenant compte de la date et de la durée de leur dernier embarquement au service du roi ainsi que de leur situation de famille, ce qui ne manquait pas de créer des abus malgré les inspections dont les commissaires des classes étaient l'objet. En contrepartie de cette obligation, les gens de mer avaient droit à quelques privilèges: pension du tiers ou de la demie solde à partir de 60 ans ou avant pour raison de blessure ou infirmité pouvant donner droit à une solde d'invalide. Ce fut l'origine de l'Etablissement National des Invalides de la Marine (E.N.I.M.) qui existe encore de nos jours. Le tableau ci joint donne un aperçu de l'organisation des gens de la marine suivant leur spécialité.

NOTA IMPORTANT: Ce tableau est conforme à l'ordonnance de septembre 1776 et non à celle de 1765 que nous étudions ici. Néanmoins, les différences sont minimes et on peut le considérer comme valable.

Dans le tableau des gens de mer, il faut bien faire la différence entre les matelots, timoniers et autres marins dont la vocation est d'être sur un navire et les ouvriers charpentiers, calfats et voiliers dont la spécialité les destine à travailler exclusivement à terre. Cependant, à bord d'un vaisseau, on a besoin de ces spécialistes pour l'entretien courant et les réparations de fortune et on a donc été amené à les embarquer. Pour ces ouvriers spécialisés, le fait d'être embarqué correspond à une promotion (maistrance) à condition qu'ils aient déjà effectué une période de 6 mois minimum en mer comme matelot. Cette distinction étant faite, il faut remarquer maintenant que dans la maistrance et pour toutes les spécialités, il y a 3 niveaux:

q       Celui des maîtres non entretenus (jusqu'au titre de premier maître) qui groupe tous ceux qui ne reçoivent une paye du roi que pendant la période de leur levée c'est à dire que le rythme de leur vie est identique à celui des matelots (une année de service due au roi tous les 3 ou 4 ans).

q       Celui des maîtres entretenus à la mer (du titre de maître entretenu à la mer à celui de maître amiral) qui groupe tous ceux qui sont au service du roi à temps plein. C'est une sorte de fonctionnarisation du métier. Si ces maîtres ne sont pas embarqués, ils travaillent au port à tour de rôle.

q       Celui des maîtres entretenus à terre qui est l'aboutissement de la carrière des officiers mariniers. Travaillant exclusivement à terre au service des constructions ou de l'artillerie, ce sont les plus expérimentés des maîtres entretenus en mer.

Le passage de non entretenu à celui d'entretenu à la mer se fait sur examen. Enfin, pour les maîtres les plus méritants et les plus anciens des spécialités de manoeuvre et de pilotage, il y a possibilité d'entrer dans le corps des officiers de marine par le grade de capitaine de flûte.

1.1.3.       LES INGENIEURS CONSTRUCTEURS

Leur statut a été fixé par les ordonnances du 15.04.1689 et du 25.03.1765. Dans chacun des principaux ports (Brest, Toulon et Rochefort), il y a un Ingénieur constructeur en chef, 2 ou 3 ingénieurs constructeurs ordinaires, 4 ou 6 sous ingénieurs constructeurs et quelques élèves. Il est détaché de ces ports et suivant les besoins un ingénieur constructeur ordinaire ou un sous ingénieur constructeur dans les ports de Lorient, Le Havre, Nantes, Marseille... pour y suivre des travaux en cours.

La hiérarchie et l'avancement dans ce corps sont les suivants:

Pour être ingénieur constructeur, il faut avoir le feu vert du commandant de port et du secrétaire d'état à la marine et avoir plus de 16 ans. Après 2 ans de cours à l'arsenal, les postulants deviennent aspirants élèves constructeurs et suivent alors l'avancement suivant:

Aspirant Elève Constructeur

 

Elève Ingénieur Constructeur

Après examen

Sous Ingénieur Constructeur

Après 2 ans de cours à l’arsenal et 2 ans de cours à la « Petite Ecole » créée à Paris en 1741.

Ingénieur Constructeur Ordinaire

Sur concours et après avoir servi 4 ans comme Sous Ingénieur Constructeur et 5 à 6 mois sur un vaisseau

Ingénieur Constructeur en Chef

Par promotion du Roi, sans égard à l’ancienneté

Ingénieur Constructeur Général

 

 

1.1.4.       LES SURNUMERAIRES

Ce sont les médecins, les chirurgiens, les apothicaires et les aumôniers.

1.2.    LA BRANCHE EXPLOITATION

Avant toute chose, il faut mettre à part le corps des bataillons attachés au service de la marine (la future infanterie de marine) qui se distingue des autres corps par son appartenance plus terrienne que maritime. Toutes les têtes des autres services sont des officiers de marine. Comme pour tous les militaires, il faut prendre garde dans ce qui suit à faire la distinction entre les grades et les fonctions occupées.

1.2.1.       LES OFFICIERS DE MARINE

Ceux sont ceux qui ont un grade supérieur à celui de Garde de la Marine ou du Pavillon dont ils sont issus. Il peut arriver que par manque de personnel, l'administration centrale face appel à des civils de la marine marchande pour remplir les fonctions d'officiers sur les vaisseaux du roi. Ces hommes prennent alors le nom d'officiers auxiliaires vulgairement surnommés « officiers bleus » parce qu'il étaient habillés du petit uniforme bleu sans ornements. Ces officiers auxiliaires ont alors une commission du roi qui n'a de valeur que pour le temps d'une campagne et sont généralement embarqués en qualité de capitaine de flûte, lieutenant de frégate ou capitaine de brûlot.

Parmi les officiers de marine, on peut faire une première distinction entre:

q       les officiers généraux: Vice Amiraux, Lieutenants Généraux et Chefs d'escadres.

q       les officiers supérieurs: Capitaines de vaisseaux et capitaines de frégate.

q       les officiers majors: qui sont les capitaines, les lieutenants et les enseignes qui forment l'état major du vaisseau. Il ne faut pas confondre le capitaine d'un vaisseau avec le grade de capitaine de vaisseau qui ferait de lui un officier supérieur. Le terme d'officiers majors est aussi utilisé pour désigner les officiers qui sont à la tête d'un service. Là aussi, cela concerne une fonction et non un grade).

Indépendamment du grade et suivant la fonction qu'ils occupent, on peut trouver les dénominations suivantes:

q       Officier de détail: chargé du rôle de l'équipage, de la police, des vivres et du matériel du bord.

q       Officier en pied: autre nom de l'officier de détail qui correspond au premier lieutenant d'un vaisseau.

q       Officier de garde: qui assure la garde dans un port ou sur un vaisseau pendant une période limitée.

q       Officier de manoeuvre: qu'un capitaine désigne pour faire exécuter une manoeuvre sous ses yeux dans une certaine circonstance.

q       Officier de prise: ou officier détaché du navire preneur pour commander un navire pris.

q       Officier de quart: qui, pendant le temps de son quart, a, sous la responsabilité du capitaine, le commandement du navire.

Quelque soit la fonction remplie, la hiérarchie croissante des officiers de marine se fait selon les grades qui sont indiqués dans le tableau suivant. Pour plus de commodité, il y a été rajouté les grades d'Aspirant Garde et de Garde de la Marine ou du Pavillon. Comme nous venons de le voir, ce ne sont pas des officiers de marine à proprement parler mais ce rapprochement permettra de mieux faire la liaison entre le corps des officiers de marine et celui des Gardes de la Marine dont ils sont issus.

GRADES DE LA MARINE ROYALE EN 1765

Aspirant Garde de la Marine ou du Pavillon

Doit être âgé de 14 à 18 ans et être noble

Garde de la Marine ou du Pavillon

Après examen

(Capitaine de flûte)

Grade accordé aux maîtres d’équipage et pilotes du Roi ainsi qu’aux Capitaines marchands ayant servis pour le Roi

(Lieutenant de frégate)

Grade accordé aux capitaines marchands levés ou volontaires au service du Roi. Si ce grade est temporaire, il prend le nom de « Lieutenant de frégate auxiliaire ».

Enseigne de vaisseau

Après des études et 2 ans et demi de navigation depuis le grade de Garde.

(Capitaine de brûlot)

Grade accordé aux « Lieutenants de frégate » méritants

Lieutenant de vaisseau

Après 2 ans de navigation depuis le grade d’Enseigne.

(Capitaine de frégate)

Grade rétabli par ordonnance du 14.09.1764 (et qui sera supprimé en février 1772). S’obtient après 2 ans de navigation et 2 commandements depuis le grade de Lieutenant.

Capitaine de vaisseau

S’obtient après 1 an et demi comme Capitaine de frégate ou après 4 ans comme Lieutenant de vaisseau et 2 commandements (à partir de février 1772)

Chef d’escadre

Doit avoir commandé une division de 3 vaisseaux ou frégates comme Capitaine de vaisseau

Lieutenant Général des Armées Navales

Sur choix

Vice amiral

Sur choix

 

1.2.2.       LES GARDES DE LA MARINE OU DU PAVILLON, LES VOLONTAIRES

Le corps des Gardes de la Marine et du Pavillon correspond à notre actuelle école navale. A l'origine, cette école pour futurs officiers de marine n'avait pas du tout été crée dans ce but. La chronologie suivante résume l'histoire des Gardes de la Marine et du Pavillon amiral. Les Gardes de l'étendard qui étaient l'équivalent de ceux du Pavillon amiral mais pour le compte du général des galères ne sont là qu'à titre documentaire car ils ont été supprimés en 1749, en même temps que le corps des galères et ne nous concerne donc plus en 1765.

GARDES DE LA MARINE

GARDES DU PAVILLON AMIRAL

GARDES DE L’ETENDARD

1626 ou 1627 : Création d’un corps de « Jeunes Gentilshommes » pour être instruits sur le fait de la Marine

 

 

1664 : Création des « Archers Gardes » par le Duc de Vendôme pour sa garde personnelle. Cette compagnie servit auprès du Duc de Beaufort (dernier « Grand Maître de la Navigation ») pour sa garde personnelle.

 

 

 

 

1668 : Création des « Gardes de l’Etendard » sur la demande du Général des Galères qui voulait disposer d’une compagnie équivalente à celle des « Archers Gardes » du « Grand Maître de la Navigation »

15.02.1669 : Lettre de Colbert qui licencie les 49 « Archers Gardes » à la suite du décès de Beaufort. Par cette même lettre, il crée une compagnie de « Gardes de la Marine » avec 25 Gentilshommes issus de la compagnie des « Archers Gardes » pour entrer au service du nouvel amiral, le comte de Vermandois.

 

 

22.04.1670 : Règlement qui divise les « Gardes de la Marine » en 2 détachements (Brest et Toulon)

 

22.04.1670 : La Compagnie comprend 40 personnes.

18.12.1671 : Dissolution de la compagnie des « Gardes de la Marine »

 

 

22.06.1682 : Création de 6 compagnies de « Cadets de la Marine » et de 3 compagnies de « Gardes de la Marine » (Toulon, Brest et Rochefort). Les « Gardes » ne sont plus des soldats, mais des futurs Officiers.

 

 

 

18.11.1716 : Création d’une compagnie de 80 « Gardes du Pavillon amiral » au service de l’amiral. Ils sont choisis parmi les « Gardes de la Marine ». La compagnie est divisée en 2 détachements (Toulon et Brest)

 

 

 

1749 : Dissolution des « Gardes de l’Etendard » en même temps que le corps des Galères.

14.09.1764 : Les « Gardes » sont réduits au nombre de 80 pour chaque compagnie, soit 240 Gardes.

 

 

29.08.1773 : Les « Gardes » sont réduits au nombre de 80 pour les 3 compagnies.

 

 

01.01.1786 : Dissolution des compagnies des « Gardes de la Marine »

01.01.1786 : Dissolution des « Gardes du Pavillon amiral »

 

01.01.1786 : Création des « Elèves de la Marine » pour remplacer les « Gardes » du Pavillon et de la Marine.

 

 

Les dates importantes à retenir sont les suivantes:

1664-1671: Les « Archers Gardes » sont des soldats au service personnel de l'amiral, ils n'ont aucune formation maritime et ne suivent aucun cours de navigation.

1682-1786: Les « Archers Gardes » sont remplacés par les « Gardes de la Marine », véritable pépinière d'Officiers de marine

1716 : Vexé d'avoir perdu sa compagnie personnelle des « Archers Gardes », l'amiral obtint du roi une ordonnance portant création d'une compagnie de « Gardes du Pavillon amiral » attachée à son service. Ces hommes étaient recrutés parmi les Gardes de la Marine de 2e classe et avaient rang supérieur sur leurs collègues de la Marine pendant les revues. C'est en fait la seule différence qui existe entre les Gardes de la Marine et les Gardes du Pavillon amiral car en 1765, leur formation en vue de devenir officier de marine est strictement identique, que ce soit à terre ou en mer.

q       LES GARDES DE LA MARINE

En 1765, il Y a 3 compagnies de Gardes de la Marine (Brest, Toulon, Rochefort) qui sont organisées comme indiqué sur l’organigramme ci-joint.

q       LES GARDES DU PAVILLON AMIRAL

Il n'y a qu'une seule compagnie partagée en 2 détachements (Brest et Toulon). Elle est organisée comme indiqué sur l’organigramme ci-joint.

q       LA FORMATION DES GARDES DE LA MARINE ET DU PAVILLON AMIRAL

Elle est commune et consiste en une formation théorique à terre et une formation pratique à bord des vaisseaux du roi, les embarquements se faisant par périodes et à tour de rôle. A terre, dans chacun des 3 ports de Brest, Toulon et Rochefort, les Gardes sont encadrés par des maîtres de mathématique, d'hydrographie, de dessin, de construction, d'escrime et de danse. Un Maître d'Equipage et un Maître Canonnier détachés par le port leur donnent un avant goût de la pratique qu'ils étudieront à bord sous les ordres des Lieutenants de vaisseaux avec le Maître Pilote et le Maître Canonnier. Les Gardes sont divisés en 3 classes suivant leur ancienneté et leur capacité (la 3e classe étant la plus élevée).

q       LES VOLONTAIRES

A certaines époques de guerre, il y a eut une grande demande d'officiers de marine et comme le nombre de Gardes avait été limité par ordonnances royales, il a fallu faire appel à un autre type de recrutement qui était celui des volontaires. Il semble bien que ce soit qu'à partir de 1670 qu'ait eut lieu de façon régulière l'utilisation des classes de volontaires et cela jusqu'en 1708, date à laquelle on ne compte plus qu'un seul volontaire. Le 14.09.1764, Louis XV recréa les classes de volontaires pour donner à sa noblesse les moyens de s'attacher aux services du roi à la mer. Pour être volontaire, il fallait remplir les conditions suivantes:

·          Etre âgé de 13 à 14 ans

·          Etre noble

·          Avoir l'accord du secrétaire d'état à la marine.

Après 4 ans de navigation dont 2 sur les vaisseaux du roi où ils suivaient la même formation que les Gardes de la Marine et du Pavillon, ils pouvaient, si ils avaient 20 ans, choisir de rentrer définitivement au service du roi comme Garde de la Marine.

Par cette même ordonnance et afin de faciliter la formation des gens de bonne famille qui se destinaient à commander au commerce, le roi permettait à ceux qui avaient navigué au commerce au moins un an et qui étaient âgé de 16 ans, d'embarquer sur les vaisseaux du roi comme volontaire. Après 4 ans et demi de pratique dont 2 passés sur les vaisseaux du roi, ils pouvaient commander des navires marchands dés l'âge de 22 ans. Ces derniers étaient susceptibles d'être lever par le roi pour être embarqué comme officier auxiliaire.

1.2.3.       LE CORPS ROYAL D'ARTILLERIE ATTACHE AU SERVICE DE LA MARINE

Ce corps a subi de nombreuses modifications de structure. Jusqu'en 1761, il Y avait celui des Bombardiers (crée en 1692) et celui des Apprentis Canonniers (crée en 1661) qui étaient des gens des classes donc des marins avant d'être des soldats. Par ordonnance du 05.03.1764, ce corps a été réglementé et divisé comme indiqué sur l’organigramme ci-joint.

Comme pour les Gardes de la Marine et du Pavillon, les bombardiers et les canonniers effectuent des embarquements par période et à tour de rôle sur les vaisseaux du roi. Les 160 recrues supplémentaires par compagnie sont composées pour moitié par des matelots des classes de la marine et pour moitié par des hommes venant du service des gardes-côtes (dont fait partie tout habitant âgé de 18 à 60 ans et vivant jusqu'à 2 lieues des cotes). Les matelots des classes sont engagés pour 3 ans puis congédiés pour un an avant d'être réengagés. Un matelot qui veut poursuivre son temps peut signer pour une nouvelle période de 3 ans. Les habitants sujets à la garde de la cote sont susceptibles d'être levés pour une durée de 6 ans avec résiliation possible au bout de 3 ans de service. Les recrues provenant des classes des gens de mer exercent également les fonctions de canonniers comme il est montré dans le tableau relatif aux gens de mer.

1.2.4.       LES BATAILLONS ATTACHES AU SERVICE DE LA MARINE

Ce sont des soldats détachés au service de la marine qui prendront le nom de fusiliers marins. A l'origine, au XVII e siècle, on les appelait les compagnies franches car elles ne formaient pas de bataillons. Elles étaient levées par des officiers de marine et faisaient le service d'infanterie dans les ports et sur les vaisseaux. En 1765, ces soldats ne sont pas des marins quoique embarqués par période comme les canonniers. Ils ont leur règlement propre qui est très proche de celui de l'armée de terre. Nous ne nous étendrons pas sur les détails.

2.    LES DIFFERENTS SERVICES ET LEURS ROLES

Maintenant que nous avons planté le décor et les acteurs, voyons dans le détail quel est le rôle de chacun dans sa spécialité.

2.1.    LES OFFICIERS SUPERIEURS DE l’ADMINISTRATION

l'INTENDANT: C'est le véritable directeur général du port. Il a autorité sur le service administratif et le service de l'exploitation. Il exerce la justice, la police, les finances, s'occupe du personnel, de l'approvisionnement du port et des vaisseaux qui y sont armés pour une campagne, de la levée et de la répartition des équipages nécessaires pour ces vaisseaux (avec le commandant de port en ce qui concerne les artilleurs). Il s'occupe aussi d'organiser les constructions nouvelles, il s'assure que les autorités municipales remplissent bien leurs obligations d'entretien et de curage du port (quai, dragages..), il assiste au conseil de construction et au conseil de guerre quand on y juge un matelot embarqué.

LE COMMISSAIRE GENERAL: Il s'occupe du magasin général et de tous les autres détails et ateliers du port. Il remplace l’Intendant de la Marine en cas d'absence. Il assiste au conseil de construction.

2.2.    LE CONTROLE

LE CONTROLEUR : Il a droit de regard sur toutes les finances du port, sur la conformité des contrats d'achats de vivres et matériel que l'intendant passe avec les fournisseurs de la marine. Un de ses commis suit de très prés les entrées et sorties du magasin général. Il enregistre les commissions et brevets accordés par le roi aux officiers de marines et aux entretenus. Il assiste aux revues. Il est au courant de toutes les décisions prises concernant les constructions neuves ou les radoubs qui sont effectués. Pour cela, il est en relation étroite avec le commissaire chargé des constructions et le capitaine de port. Il reçoit également une copie des plans et devis des vaisseaux qui doivent être construits. Il assiste au conseil de construction comme secrétaire. Il vise les listes d'équipages que lui présente le commissaire du bureau des armements en vue de préparer les effectifs d'une flotte.

2.3.    LE MAGASIN GENERAL

COMMISSAIRE PREPOSE AU MAGASIN GENERAL: Il vérifie le travail du garde magasin, il fournit au capitaine du port le matériel nécessaire à l'armement des vaisseaux qu'il avait récupéré lors du désarmement. Il s'occupe du personnel et du travail des ateliers qui dépendent du magasin général. Il fournit aux sous commissaires chargés des constructions et des autres détails le matériel nécessaire à leur service.

LE GARDE MAGASIN : Il tient à jour le registre où est inscrit toute entrée et sortie du magasin général et cela conjointement avec le commis du contrôleur. Il effectue l'inventaire et fournit le matériel nécessaire à l'armement des vaisseaux selon les ordres du commissaire du magasin général et du capitaine de port.

2.4.    CONSTRUCTIONS, REFONIE ET RADOUBS

COMISSAIRE EMPLOYE AUX CONSTRUCTIONS: Il organise le travail de son service avec l'ingénieur constructeur en chef. Il s'occupe du matricule des ouvriers du port (dont il emploie la grande majorité). Il travaille avec le contrôleur et le capitaine du port dés qu'il s'agit de décider et d'organiser des travaux à effectuer sur un vaisseau.

SOUS COMMISSAIRES: Ils 'occupent surtout d'obtenir auprès du magasin général tout le matériel nécessaire à ce service ainsi qu'aux autres ateliers qui en dépendent.

MAITRE D'EQUIPAGE DU PORT: C'est un officier marinier entretenu à terre de grande compétence. Il visite tous les services attachés aux constructions (corderie, voilerie, poulierie..) Où il supervise et contrôle la bonne exécution des travaux. Il prépare le lancement des vaisseaux construits et se charge de leur amarrage. Il supervise l'abattement des vaisseaux, l'entretien et la conservation des vaisseaux désarmés avec le capitaine de port.

MAITRES ENTRETENUS À TERRE: Quand ils sont à terre, entre 2 embarquements, ils suivent l'entretien des vaisseaux désarmés suivant leur spécialité (manoeuvre, charpentier, calfat,,). Le maître pilote travaille à l'école d'hydrographie.

MAITRE SCULPTEUR : Il s'occupe de proposer et d'exécuter les travaux de sculpture sur les vaisseaux en chantier.

MAITRE MATEUR: Il s'occupe du stockage et de l'entretien des mâts et vergues, qu'ils soient neuf ou usagés. Il décide du choix du bois à employer pour confectionner un élément de mâture.

INGENIEUR CONSTRUCTEUR EN CHEF: Il assiste au conseil de construction. Quotidiennement, il rend compte de l'avancement de ses travaux    au commandant de port et à l'intendant. L'ingénieur constructeur est beaucoup plus qu'un subalterne du commissaire chargé des constructions, il est un élément essentiel dans la chaîne de la construction d'un vaisseau comme nous pouvons le voir par ce schémas de principe qui explique la procédure suivie entre le moment où le roi décide de bâtir un vaisseau et le moment où débute les travaux (chemin 1 à 8).

2.5.    BUREAU DES ARMEMENIS

COMMISSAIRE:Il s'occupe de la levée des gens de mer suivant les directives de l'intendant. Après avoir fait la levée, il fait une liste détaillée des marins qu'il affecte sur tel ou tel vaisseau suivant sa spécialité et les desiderata des capitaines des navires. Il s'assure qu'ils sont convenablement vêtus et au besoin, les oblige à acheter des vêtements. Il s'occupe de leur paye tant qu'ils ne sont pas encore à bord. De la même manière, il les paye après le désarmement du navire, au moment ou ils sont congédiés. C'est aussi à ce moment là qu'il enregistre leur certificat d'embarquement ainsi que leur avancement éventuel qui ont été proposés par les capitaines des vaisseaux.

2.6.    DETAIL DES VIVRES

COMMISSAlRE : Il s'occupe de vérifier l'état et la quantité des vivres reçus du munitionnaire de la marine puis les fait embarquer sur les vaisseaux. Il s'occupe aussi de l'inventaire des vivres entreposés au port et rédige les P.V de perte.

2.7.    AUTRES DETAILS

Il s'agit du détail du bois, de la corderie, de la poulierie, de la voilerie... qui sont plus ou moins liés au magasin général ou au détail des constructions. Il y a également les détails des hôpitaux, des chiourmes...

2.8.    ECOLE D'HYDROGRAPHIE:

Il y en a une à Brest, Toulon et Rochefort qui sont régies par les ordonnances de 1681 (année de la création de ces écoles), 1689 et 1765. Elles sont publiques et sont destinées à former les pilotes au service du roi mais aussi les maîtres (capitaines) des navires de commerce et elles sont composées de:

§         1 professeur

§         2 maîtres pilotes entretenus

§         1 maître pilote amiral qui tient le rôle de policier de l'école

Il existe d'autres écoles de navigation dans certaines villes mais elles ne sont pas reconnues par le roi qui ne les finance donc pas.

2.9.    LA BRANCHE EXPLOITATION

Elle est composée essentiellement d'officiers de marine et d'un personnel subalterne qui travaille à temps plein pour le roi (sauf certains canonniers qui sont des gens de mer et les troupes d'infanterie de marine qui sont avant tout des soldats de l'armée de terre.

COMMANDANT DE PORT: Il se charge de composer les équipages des vaisseaux qui doivent être armés. A cet effet, il consulte le commandant de l'artillerie pour ce qui concerne les canonniers et les bombardiers et le détail de la majorité pour ce qui concerne les officiers de marine et travaille aussi en relation étroite avec le commissaire du bureau de l'armement. Il a le rôle de police de tous les officiers de marine affectés dans le port. Il préside le conseil de guerre quand on y juge un soldat ou un matelot embarqué. Il s'occupe de suivre l'armement et le désarmement des vaisseaux désarmés dans le port. Il assure leur gardiennage et leur sécurité. II affecte les officiers de marine qui ne sont pas embarqué au service des constructions, radoubs et refontes jusqu'à ce qu'ils soient à nouveau affectés sur les vaisseaux. Il est responsable de la garde de l'arsenal qu'il fait effectué par les bataillons d'infanterie de marine {c'est le major qui se charge des détails de l'organisation de la garde. Il détient la clef de la chaîne qui condamne l'entrée du port pendant la nuit, il donne aux navires marchands français et étrangers l'autorisation de pénétrer et de sortir du port. Il préside le conseil des constructions en l'absence de l'amiral et des vices amiraux. Il est habilité à donner des ordres à tous les capitaines de vaisseaux qui se trouvent en rade {sauf en ce qui concerne la police du bord) et enfin, il reçoit et examine les journaux que lui remettent les capitaines des vaisseaux et autres officiers et pilotes au retour de campagne (voir conseil de marine).

2.10.DETAIL DE LA MAJORITE :

MAJOR DE LA MARINE : II préside à l’établissement et à l'organisation des services de la garde et de la sécurité de l’arsenal (il a donc une autorité sur l'organisation du travail du corps d'infanterie de marine). Il assiste à la fermeture et à l'ouverture de la chaîne qui condamne l'entrée du port entre le coucher et le lever du soleil (la clef de cette chaîne se trouve chez le commandant de port). Il fait office de secrétaire du commandant de port et de relation entre les services de la branche administrative et de la branche exploitation. Il prépare les listes des officiers de marine qui doivent constituer les états-majors des vaisseaux en partance. Il veille à l'entretien des casernes et autres corps de garde de l'arsenal. II se charge d'organiser les cérémonies funèbres des officiers de marine décédés en mer ou au port. Il organise la tenue et suit le déroulement de la procédure des jugements faits au conseil de guerre.

2.11.ENTRETIEN, EQUIPEMENT, CONSTRUCTIONS

CAPITAINE DE PORT : Il est plus particulièrement chargé d'assurer le gardiennage et l'entretien courant des vaisseaux désarmés et de suivre leur armement et désarmement. Il se charge de les faire caréner et calfater suivant un programme précisé par ordonnance. Pendant le désarmement, il surveille le démâtage et la conservation des mâts des vaisseaux. Il a sous ses ordres plusieurs officiers de port et se trouve en relation étroite avec le service des constructions et radoubs dés qu'il estime qu'une réparation importante est à effectuer sur un vaisseau désarmé dont il a la garde. Il contrôle qu'aucun navire du port ne détient de la poudre à son bord (le débarquement des poudres est obligatoire pour tout navire entrant dans le port, cette manipulation se faisant sur rade et sous sa surveillance que le navire soit de guerre ou de commerce). Il permet ou non aux navires marchands de charger ou décharger des matières dangereuses (chaux vive, bois, paille, foin..). Il fait faire des sondages pour vérifier que le port ne s'ensable pas (si c'est le cas, il prévient l'intendant). Il a la charge de l'entretien et de la pose des balises qui signalent les hauts-fonds aux abords du port. Il se charge d'autoriser ou non et de superviser les opérations de lestage et de délestage des navires dans le port. Quand un navire arrive pour être désarmé, il se met sous les ordres du capitaine de port. C'est le bras droit du commandant de port.

2.12.ARTILLERIE

Qu'elles soient au port ou en mer, les brigades du corps royal d'artillerie attaché à la marine suivent les mêmes règlements disciplinaires que ceux des bataillons attachés au service de la marine. Les officiers de ces brigades (qui sont des marins) sont choisis en priorité pour commander les galiotes à bombes et les flûtes destinées au transport des munitions.

COMMANDANT DE L'ARTILLERIE: Il est chargé de préparer les détachements de l'artillerie qui doivent embarquer sur les vaisseaux en armement, il en fournit la liste au commandant de port et voit au besoin avec lui si il faut lever des recrues supplémentaires parmi les gens de mer. Dans ce cas, l'intendant se chargera d'effectuer ces levées. Avec le capitaine de port, il vérifie qu'aucun navire du port ne détient de la poudre à son bord. Il a la charge de garder les armes et poudres qui ont été débarquées des vaisseaux. Il a la garde du magasin à poudre et munitions si celui-ci se trouve en dehors de l'arsenal (sinon, ce sont les troupes de la marine qui en ont la responsabilité). Il supervise avec le capitaine de port l’embarquement et le débarquement des poudres et munitions.

2.13.LES GARDES DE LA MARINE ET DU PAVILLON AMIRAL

Ce sont les élèves officiers de marine que nous avons étudié plus haut dans le chapitre relatif au personnel.

AIDES DE PORT: Ce sont des Gardes de la Marine ou du Pavillon amiral en fin d'instruction (3e classe) choisis par le commandant de la compagnie pour être affectés aux différents services du port. Ils sont alors sous les ordres du capitaine de port qui les envoie principalement dans le service des constructions et radoubs ou dans son propre service. Les enseignes de port sont pour la plupart recrutés parmi ces aides de port.

2.14.INFANTERIE DE MARINE

Ce sont en fait les bataillons attachés au service de la marine. Ils sont chargés de la garde du port sous les ordres du major de la marine.